Cette semaine en histoire

Archives

Le décès du confident de Mackenzie King

Semaine du lundi le 24 janvier 2011

Le 28 janvier 1941, Oscar Douglas Skelton connaît un destin tragique: alors qu’il regagne le Parlement après le repas du midi, il est terrassé par une crise cardiaque au volant de sa voiture. Très proche conseiller du premier ministre Mackenzie King et architecte du ministère des Affaires extérieures du Canada de l’ère moderne, sa mort soudaine ébranle les milieux politiques du pays.

Oscar D. Skelton
© Bibliothèque et Archives Canada /  Lafayette / Fonds de l’Office national du film / C-002089
Né à Orangeville, en Ontario, en 1878, Skelton est un étudiant brillant qui obtient son doctorat en économie politique en 1908. Dès 1909, il est professeur de sciences politique et économique à l’Université Queen’s, et il y occupe le poste de doyen des Arts de 1919 à 1925. Skelton publie aussi plusieurs ouvrages importants sur l’histoire et l’économie du Canada, en plus d’être le biographe officiel de sir Wilfrid Laurier.

En 1922, Mackenzie King assiste à une conférence de Skelton sur la politique étrangère et les deux hommes se lient d’amitié. Le premier ministre est à la recherche d’un nouveau sous-secrétaire d’État aux Affaires extérieures qui partage ses ambitions d’une indépendance accrue du Canada à l’égard de la Grande-Bretagne. Il demande à Skelton d’être son conseiller à la Conférence impériale de l’année suivante et, en 1924, de faire partie de la délégation canadienne à la Société des Nations. En 1925, King nomme Skelton au poste de sous-secrétaire d’État aux Affaires extérieures. Sous sa gouverne, le Canada commence à ouvrir des légations et autres bureaux à l’étranger. À partir de 1927, le recrutement du personnel du ministère repose sur la scolarité des candidats et les concours plutôt que sur les nominations partisanes. 

La délégation canadienne à la Société des Nations en 1928 (M. Skelton est à l’extrême gauche)
© Fonds William Lyon Mackenzie King / Bibliothèque et Archives Canada / C-009055
 

Avec la guerre qui menace l’Europe à la fin des années 1930, la mésentente s’installe entre King et Skelton au sujet de la politique étrangère. Skelton est extrêmement neutraliste et anti-impérialiste et considère que le Canada doit se distancer de tout conflit qui pourrait éclater en Europe. Pour sa part, King sait bien que si la guerre éclate, le Canada devra appuyer la Grande-Bretagne.

Pendant cette période, Skelton développe l’administration centrale du ministère des Affaires extérieures du Canada et en fait un véritable service extérieur professionnel. La guerre qui éclate en 1939 impose un stress supplémentaire à un Skelton surmené qui souffre déjà d’une maladie du cœur. Après le décès soudain de Skelton, Mackenzie King publie un communiqué dans lequel il écrit: « Il n’est nullement exagéré d’affirmer que monsieur O.D. Skelton était l’homme le plus vénéré et le plus estimé de la fonction publique du Canada. Son travail était sa vie et, à ce travail, il s’est donné corps et âme ».

Oscar Douglas Skelton a été désigné personne d’importance historique nationale en 1947 pour son travail en qualité d’historien, d’économiste et d’architecte du ministère des Affaires extérieures.

Date de modification :