Cette semaine en histoire

Archives

« Les humbles sous la protection des grands »

Semaine du lundi le 19 juillet 1999

Le 23 juillet 1767, pour payer ses dettes, le gouvernement britannique distribue les terres de l'île du Prince-Édouard à un petit groupe de privilégiés. Ce geste sera à l'origine de bien des années de frustration pour les fermiers à bail qui exploiteront ces terres.

L'île divisée par Samuel Holland en 1765

L'île divisée par Samuel Holland en 1765
© McGill-Queens University Press

La France avait cédé l'île aux Britanniques en 1763 aux termes du traité de Paris. Deux ans plus tard, l'arpenteur général Samuel Holland en dresse une carte détaillée qui divise la colonie en 67 cantons d'environ 8100 hectares chacun. Une loterie est organisée pour distribuer ces lots à des membres de la noblesse, à des officiers et à des fonctionnaires britanniques. Les chanceux obtiennent un prix d'une grande valeur, car le sol de l'île est très fertile, d'où son surnom de « ferme d'un million d'acres »!

Les nouveaux propriétaires fonciers sont chargés de recruter des colons qui viendront s'établir dans leur canton respectif. Toutefois, aucune campagne ne sera jamais organisée pour encourager la colonisation de l'île. Les rares fermiers à bail qui vivront sur place souffriront de la négligence des propriétaires absentéistes. Conjugué à la cherté des loyers, cette situation incite les fermiers aux grèves, aux émeutes et à d'autres manifestations de mécontentement qui on malheureusement peu d'effet puisque la plupart des propriétaires n'ont même jamais visité leur canton.

Parc national de L'Île-du-Prince-Édouard

Parc national de L'Île-du-Prince-Édouard
© Parcs Canada

Dans les années 1840, le gouvernement colonial fait enfin un effort pour aider les fermiers et rachète une partie des cantons aux propriétaires. Cependant, comme le prix des terres a considérablement augmenté et que beaucoup de propriétaires refusent de vendre, cette mesure ne profite pas à tous. L'île sera dotée d'un gouvernement responsable en 1851, mais c'est uniquement lorsqu'elle se joindra à la Confédération, en 1873, que la question des terres sera réglée. Toutes les terres seront alors rachetées ou reprises aux propriétaires absentéistes afin que les fermiers puissent les acquérir.

Le gouvernement fédéral a reconnu l'importance historique de la question du régime foncier en l'île du Prince-Édouard et la Commission des lieux et monuments historiques du Canada l'a commémorée par une plaque érigée à Charlottetown.

Date de modification :