Cette semaine en histoire

Archives

Harold Adams Innis, un grand intellectuel canadien

Semaine du lundi le 1er novembre 2010

Harold Adams Innis naît le 5 novembre 1894 près d’Otterville, en Ontario. Il deviendra un universitaire accompli dont les recherches révolutionneront les domaines de l’histoire, de l’économie et de la théorie des communications.

Harold Adams Innis en uniforme militaire
© University of Toronto Archives and Record Management Services, B1972-0003/034(07)
Harold Adams Innis grandit dans une famille baptiste très pieuse. Pendant sa jeunesse, sa mère l’encourage à exceller à l’école; en 1913, il poursuit ses études à l’Université McMaster, où il obtient un diplôme en économie politique et en philosophie en 1916. Il s’enrôle ensuite dans l’Armée canadienne et combat dans les tranchées, en Europe, pendant la Première Guerre mondiale. À son retour, il obtient une maîtrise avant d’entreprendre un doctorat en économie politique à l’Université de Chicago.

En 1920, Harold Adams Innis débute sa longue carrière au département d’économie politique de l’Université de Toronto. Il découvre rapidement que, dans les universités du Canada, l’enseignement de l’économie est surtout assuré par des professeurs britanniques et américains qui comprennent mal la structure de l’économie canadienne. C’est ainsi qu’il rédige un ouvrage intitulé The Fur Trade in Canada: An Introduction to Canadian Economic History (1930), dans lequel il présente son propre modèle économique, la théorie des principales ressources. En se fondant sur l’histoire de la traite des fourrures, il illustre le lien de dépendance entre l’économie canadienne et le commerce avec l’Europe, et plus particulièrement avec l’Angleterre. Il soutient qu’à compter du 16e siècle, la politique et la société canadiennes ont été influencées par une économie fondée largement sur l’exportation de marchandises ou de produits de première nécessité, comme la fourrure, le poisson, le bois et le blé. L’étude sur la traite des fourrures et la théorie des principales ressources d’Harold Adams Innis, en raison de leur perspective bien canadienne et de leur fondement économique et historique, influenceront des générations d'économistes et d’historiens du Canada et de l’étranger.

Harold Adams Innis à la fin des années 1920
© University of Toronto Archives and Record Management Services, B1972-0003/034(57)
Dans les années 1940, Harold Adams Innis oriente ses études sur les systèmes de communication. Dans son livre intitulé The Bias of Communications (1951), il tente d’utiliser les systèmes de communication pour expliquer les changements sociaux et politiques qui ont marqué les quatre derniers millénaires. Il soutient que la capacité des gens puissants d’utiliser les médias pour façonner l’opinion publique a joué un rôle important dans l’ascension et le déclin des politiciens, des gouvernements et des empires. Ce n’est toutefois qu’après sa mort, en 1952, que ses théories sur les communications sont popularisées, principalement grâce aux travaux de Marshall McLuhan, qui fonde un grand nombre de ses idées sur celles d’Harold Adams Innis. À cette époque, une nouvelle génération d’universitaires découvre rapidement qu’Harold Adams Innis était un véritable visionnaire. De nos jours, ses théories sur les médias continuent d’être étudiées et débattues dans le monde entier.

Pour son brillant travail en tant qu’historien et économiste ainsi que pour ses idées révolutionnaires dans le domaine de la théorie des communications, Harold Adams Innis a été désigné personne d’importance historique nationale en 1972. Marshall McLuhan a été désigné personne d’importance historique nationale en 2007. Pour obtenir de plus amples renseignements sur Marshall McLuhan, consultez la page Marshall McLuhan – Gourou des médias.

Date de modification :