Cette semaine en histoire

Archives

Charles Fox Bennett : un personnage controversé

Semaine du lundi le 29 novembre 2010

Le 5 décembre 1883, Charles Fox Bennett meurt à St. John’s, Terre-Neuve. Éminent entrepreneur et homme politique, Bennett est aussi un personnage public au franc-parler qui soulève souvent la controverse et qui s’oppose à la Confédération. Il joue un rôle important dans le développement de l’industrie minière de Terre-Neuve et dans le refus de cette colonie d’adhérer à la Confédération en 1869.

Tilt Cove. Vue de la mine v. 1900
© Université Memorial de Terre-Neuve, Collection de géographie – Photographies historiques de Terre-Neuve et Labrador, HPNL0766
Né à Shaftsbury (Dorset), en Angleterre en 1793, Bennett s’installe à Terre-Neuve en 1808. Dans les années 1820, il lance avec son frère une entreprise d’import-export, la C.F. Bennett and Company, qui ne tarde pas à élargir ses activités dans les mines, la construction navale, la métallurgie, la bière et les spiritueux. L’exploitation minière de Bennett à Tilt Cove, dans la baie Notre-Dame, crée 700 emplois de mineurs et constitue la première grande exploitation minière à Terre-Neuve. L’entreprise apporte à Bennett fortune et notoriété. En 1836, il est élu président de la chambre de commerce et, en 1841, il participe à la fondation de la Newfoundland Agricultural Society.

Lors du débat sur l’instauration d’un gouvernement responsable à Terre-Neuve, Bennett soutient que la colonie est trop sous-développée pour un tel changement politique. Il s’engage donc dans l’arène politique en 1842. Lorsque la colonie accède au statut de gouvernement responsable, Bennett perd son siège à l’Assemblée législative, et le franc-parler dont il a fait preuve pendant le débat sur la question lui attire des attaques publiques. Nullement gêné par son échec politique, il rejette publiquement les Résolutions de Québec de 1864 qui fixent les conditions de la Confédération canadienne. Craignant que l’union avec le Canada ne se traduise par des hausses d’impôt, un ralentissement du commerce et une baisse de la population terre-neuvienne, Bennett publie jusqu’en 1868 des articles et des lettres éditoriales dans lesquels il condamne le projet fédéral. En 1869, il est le chef du mouvement qui s’oppose à la Confédération. Lors de l’élection de 1869 qui a pour enjeu l’adhésion de Terre-Neuve à la Confédération, Bennett mène la campagne qui convainc la majorité des électeurs de rejeter cette option. 

Charles James Fox Bennett
© Encyclopedia of Newfoundland and Labrador, vol. 1, p. 176

Bennett est élu premier ministre de Terre-Neuve le 14 février 1870. L’économie de Terre-Neuve se porte bien et son gouvernement peut alléger le fardeau fiscal des contribuables sans endetter la colonie. Sous sa gouverne, Terre-Neuve développe son réseau routier, réalise d’autres projets de travaux publics et subventionne les études géologiques.

Malgré ce bilan positif, le parti de Bennett s’effondre. Comme la menace de la Confédération ne pèse plus sur la colonie, les membres du parti se démobilisent pour former d’autres alliances. Bennett quitte son poste de chef du parti en 1874, mais demeure actif sur la scène politique jusqu’en 1878.

En raison de son importance comme élu et homme d’affaires, Charles Fox Bennett est désigné personne d’importance historique nationale en 1975. L’adhésion de Terre-Neuve à la Confédération canadienne en 1949, qui en fait la 10e province du Canada, est désignée événement d’importance historique nationale en 1958.

Pour en savoir plus sur Terre-Neuve et la Confédération, consultez les articles de Cette semaine en histoire intitulés « Et de dix… » et Le dernier père de la Confédération au Canada.

Date de modification :