Cette semaine en histoire

Archives

En quête de sa famille

Semaine du lundi le 12 juillet 1999

Le 12 juillet 1823, les autorités britanniques ramènent Shanawdithit, sa mère et sa soeur, à la baie Notre-Dame (Terre-Neuve) dans le but, qui s'avérera vain, de les rendre au peuple béothuk.

Aquarelle représentant une Béothuque probablement Shanawdithit

Aquarelle représentant une Béothuque
probablement Shanawdithit

© Musée de Terre-Neuve

Quand les Européens débarquent à Terre-Neuve au 16e siècle, les Béothuks forment une petite nation autochtone de 2 000 âmes tout au plus. Leur mode de vie traditionnel dépend de la mer et des animaux côtiers, mais les pionniers européens ont tôt fait de les repousser loin de la côte. Les conflits avec les pionniers et la famine causeront leur perte. Certains pionniers reconnaissent cependant la gravité de la situation dans laquelle se trouvent les quelques Béothuks survivants. Ainsi, en 1822, William Epps Cormack fait la toute première traversée de Terre-Neuve dont l'histoire ait gardé la trace afin de retrouver et de sauver les Béothuks.

Au printemps de 1823, affamées, Shanawdithit, sa mère et sa soeur, sont capturées près de la baie Notre-Dame et confiées aux soins du magistrat du district, John Peyton fils. Désireux d'améliorer les relations entre les pionniers et les Béothuks, celui-ci les ramène à la baie Notre-Dame et les débarque à Charles Brook, chargées de présents. Shanawdithit ne retrouvera jamais son peuple et elle perdra de plus sa mère et sa soeur, emportées par la tuberculose. Elle reviendra chez John Peyton fils dont elle sera la servante pendant les cinq années suivantes.

Dessin par Shanawdithit environ 1826

Dessin par Shanawdithit environ 1826
© Musée de Terre-Neuve

En 1827, l'«Institut béothuk» voit le jour avec l'aide de Cormack et de nombreux commanditaires terre-neuviens fortunés. L'année suivante, l'Institut retire Shanawdithit à Peyton et l'amène à Saint-Jean. Sous la garde de Cormack, Shanawdithit passera le reste de sa vie à consigner le mode de vie et la culture des Béothuks. Ses dessins nous permettront de mieux connaître les Béothuks. Malheureusement, tous les efforts déployés pour sauver les Béothuks seront vains. Shanawdithit meurt le 6 juin 1829. Avec elle s'éteint la dernière flamme connue de la culture béothuk.

Une plaque à Saint-Jean reconnaît l'importance historique des Béothuks. De plus, un important site archéologique béothuk à Boyd's Cove (Terre-Neuve) et William Epps Cormack ont aussi été désignés d'importance historique nationale.

Date de modification :