Cette semaine en histoire

Archives

La générosité des Autochtones : la clé du succès de Franklin

Semaine du lundi le 16 août 2010

Le 22 août 1821, après avoir exploré plus de 300 km des côtes de l’Arctique, sir John Franklin et 28 membres de son équipage entreprennent le long et périlleux voyage de retour vers Fort Providence, dans les Territoires du Nord-Ouest. Cette première expédition dans l’Arctique canadien dirigée par Franklin, qui deviendra le plus grand explorateur de cette région, débute plus d’un an auparavant, soit le 18 juillet 1820 à Fort Chipewyan, en Alberta. Perturbée par un manque d’embarcations, d’hommes et de provisions, l’expédition est interrompue quand la nourriture vient à manquer. L’équipage n’a alors d’autre choix que de manger des plantes de l’Arctique, de faire bouillir le cuir de leurs bottes et de regagner Fort Providence à pied, leurs embarcations n’étant pas en état de les servir. Franklin ses collaborateurs arrivent enfin au fort le 11 novembre, et 10 de leurs compagnons meurent de faim et de froid en cours de route. 

Sir John Franklin
© Bibliothèque et Archives Canada / C 0015150

La fin tragique de sa première expédition incite Franklin à se fier beaucoup aux Dénés pour planifier et organiser une deuxième expédition en 1825. L’explorateur apprend beaucoup du mode de vie et de la générosité des Dénés. Il a d’ailleurs recours à leur pêcherie de Déline afin de subvenir aux besoins de son équipage au début du périple. Cet endroit est le seul de l’extrémité ouest du Grand lac de l'Ours, dans les Territoires du Nord-Ouest, où plus de 50 personnes peuvent se nourrir grâce à la pêche pendant tout un hiver. La plupart des membres de l’équipage de Franklin arrivent sur place en 1825 et y construisent le fort Franklin. Les Dénés leur viennent en aide en allant s’établir dans un autre secteur de la pêcherie, car ils ne veulent pas les voir mourir de faim et croient que des ressources, même limitées, doivent être partagées. Ainsi, grâce à la générosité des Dénés, Franklin et sa bande survivent à l’hiver et peuvent partir lorsque le printemps revient. Franklin dresse une carte qui s’étend jusqu’à la rivière Coppermine avant de rentrer au fort quatre mois plus tard. Sa deuxième expédition est couronnée de succès!

«Vues à partir du Haut-Canada le long du fleuve Mackenzie jusqu'au Grand lac de l'Ours», par George Back
© Bibliothèque et Archives Canada / C-003256
Malheureusement, Franklin et tout son équipage périssent, prisonniers des glaces, lors de leur troisième expédition dans l'Arctique, en 1845. Des opérations de grande envergure sont entreprises pour retrouver les deux navires, l’Erebus et le Terror. Plus tard, il sera établi que Franklin avait découvert le passage du Nord-Ouest avant de mourir.

Sir John Franklin a été désigné personne d'importance historique nationale en 1945 pour avoir dressé la carte d’une grande partie des côtes de l’Arctique lors de ses deux expéditions terrestres. La pêcherie dénée et les vestiges du fort Franklin de Déline ont été désignés lieu historique national en 1973. Fort Chipewyan est désigné lieu historique national en 1930, et les épaves de l’Erebus et du Terror le sont en 1992.

Les archéologues sous-marins de Parcs Canada continuent d’effectuer des recherches pour retrouver l’épave des navires de Franklin. Pour en savoir plus sur l’Erebus et le Terror, consultez la page Web consacrée à l’Expédition du HMS Erebus et du HMS Terror.

Date de modification :