Cette semaine en histoire

Archives

La bataille de Duck Lake: une lutte pour un territoire et pour un mode de vie

Semaine du lundi le 22 mars 2010

Le 26 mars 1885 voit se livrer la bataille de Duck Lake qui a lieu à Duck Lake, en Saskatchewan. Elle marque le début de la série d’affrontements qui deviendront la Rébellion du Nord-Ouest de 1885. Menée par les chefs métis Louis Riel et Gabriel Dumont, la bataille éclate après l’échec de nombreuses tentatives faites par les Métis et les Premières nations pour obtenir la reconnaissance de divers droits (propriété, représentation, éducation et langue).

Le début de la bataille de Duck Lake
© Glenbow Archives / NA-1353-10

Le 25 mars, la veille de la bataille, un groupe de Métis, accompagné de quelques Cris et dirigé par Louis Riel et Gabriel Dumont, s’empare du magasin de Hillyard Mitchel à Duck Lake et s’approprie tout son contenu. Appuyés par des membres locaux des Prince Albert Volunteers, les représentants de la Police à cheval du Nord-Ouest (P.C.N.-O.), sous le commandement du surintendant Lief Crozier, se rendent sur les lieux, mais n’arrivent pas à temps pour empêcher la prise du magasin. Lorsqu’ils constatent la gravité de la situation et l’ampleur de la menace, ils décident de replier sur le fort Carlton

À leur retour le lendemain, les membres de la P.C.N.-O., plus nombreux que la veille, tombent dans une embuscade. Dumont et ses hommes, qui avaient établi leur camp non loin du magasin, s’approchent des hommes de Crozier dans l’intention d’obliger les autorités à entreprendre des négociations. Il existe plusieurs versions des faits qui auraient déclenché la bataille. Tant les membres de la P.C.N.-O. que les Métis seraient restés sur leur position si un premier coup de feu n’avait pas retenti.

Après une fusillade sanglante mais brève, les Métis se réfugient dans une cabane située non loin, et sont assaillis par les membres des Prince Albert Volunteers. Les membres de la P.C.N.-O. sont refoulés et prennent la fuite. Dumont donne l’ordre de partir à leur poursuite, mais Riel s’y oppose, ce qui permet le repli de la P.C.N.-O. Les Métis remportent cette première bataille.

Gabriel Dumont
© Strong / Bibliothèque et Archives Canada / PA-178147

L’échec des négociations pacifiques entre les Métis et le gouvernement du Canada et l’indifférence du gouvernement du Canada à l’égard des revendications des Métis sont à l’origine des événements violents qui ont marqué la Rébellion du Nord-Ouest de 1885. D’importantes batailles se succèdent pendant huit mois, comme celles de Fish Creek et de la colline Cut Knife. Les Métis avaient enfin obtenu du gouvernement fédéral qu’il se penche sur leurs problèmes, mais les colons continuaient d’empiéter sur leurs terres ancestrales, et l’animosité du public à leur égard ne cessait de croître.

C’est lors de la bataille de Duck Lake que les membres de la P.C.N.-O. ont affronté directement, et pour la première et la dernière fois, les Métis dirigés par Riel et Dumont. Il s’agit d’une victoire cruciale pour les Métis. Le site de la bataille a été désigné lieu historique national en 1924. Louis Riel a été désigné personne d’importance historique nationale en 1956 et Gabriel Dumont l’a été en 1981. Les endroits où se sont déroulées les batailles de Fish Creek et de la colline Cut Knife ont également été désignés lieux historiques nationaux, tout comme Batoche, le fort Battleford, le fort Pitt et Frog Lake. La création de la Police à cheval du Nord-Ouest en 1873 a été désignée événement d’importance historique nationale en 1972.

Pour en savoir plus sur les batailles qui ont suivi celle de Duck Lake, consultez les récits intitulés Une seconde « dernière bataille » et Batoche : terres sacrées des Métis. Pour en apprendre plus sur la Rébellion du Nord-Ouest de 1885, consultez la description du lieu historique national du Canada de Batoche et celle du lieu historique national du Canada du Fort-Battleford.

Date de modification :