Cette semaine en histoire

Archives

Un magnifique lieu de recueillement et de détente

Cette histoire est parue à l'origine en 2003

Le cimetière Mount Pleasant de Toronto ouvre officiellement le 4 novembre 1876. Situé à proximité de la ville, ce magnifique cimetière soigneusement aménagé représente, autant pour les morts que les vivants, un lieu de repos apaisant.

Cimetière Mount Pleasant.
Cimetière Mount Pleasant.
© Parcs Canada / M. Trépanier / 1996
Au début du 19e siècle, la ville de Toronto ne possède aucun cimetière pour les populations non-conformistes. En 1825, celles-ci entreprennent des démarches auprès du gouvernement afin d’obtenir leur propre lieu de sépulture. L’année suivante, le cimetière Potter’s Field est créé à leur intention, mais l’expansion de la ville entraîne sa fermeture en 1855. Un autre cimetière, appelé Necropolis, prend alors la relève. Celui-ci est à son tour rapidement comblé ce qui incite, en 1873, l’organisme à but non lucratif Toronto General Burying Grounds Trust à acheter un terrain de 200 acres pour y aménager un nouveau cimetière qui portera le nom de Mount Pleasant. Quelques inhumations y sont effectuées dès juillet 1875, mais ce n’est qu’au mois de novembre de l’année suivante que le cimetière est officiellement inauguré.

Le cimetière Mount Pleasant, qui autrefois se démarquait par son caractère rural, fait aujourd’hui partie de la ville de Toronto qui, au cours du 19e siècle, n’a cessé de s’étendre. Il n’en demeure pas moins qu’une promenade en ce lieu fait encore oublier le tumulte de la métropole environnante. Ce sentiment revient en grande partie au génie de l’architecte paysagiste d’origine allemande, Henry Engelhardt qui, en 1874, se voit confier l’élaboration des plans du cimetière. En accord avec ceux-ci, le site est sillonné de chemins et de sentiers sinueux parsemés de nombreux îlots abritant une variété de monuments funéraires et une abondante végétation. Promeneurs et touristes peuvent y admirer les monuments des nombreuses personnes connues qui sont inhumées à Mount Pleasant, comme William Lyon Mackenzie King.

Monument de William Lyon Mackenzie King.
Monument de William Lyon Mackenzie King
© Parcs Canada / N. Clerk / 1999
Au fil du temps, le cimetière a subi quelques transformations. Certains chemins et bâtiments ainsi que les cours d’eau qui jadis sillonnaient les lieux ont disparu, remplacés par d’autres constructions. La portion ouest plus ancienne du cimetière a davantage conservé son caractère original. La partie est du cimetière est pour sa part moins pittoresque, mais l’aménagement demeure stylisé et la nature y fait toujours l’honneur de son agréable présence.

La mise en valeur du cimetière Mount Pleasant s’inscrit dans un important mouvement de création de cimetières ruraux qui s’amorce en Europe, aux États-Unis et au Canada au 19e siècle. Le cimetière Mount Pleasant se démarque en tant que parfait exemple de cimetière rural de grande dimension où s’unissent l’esthétique des monuments et la beauté de l’arrangement paysager. C’est pour ces motifs qu’il a été désigné à titre de lieu historique national en 2000.

Date de modification :