Cette semaine en histoire

Archives

L’héritage de Labatt

Cette histoire est parue à l'origine en 2007

Le 26 octobre 1866, John Kinder Labatt meurt à 63 ans. Selon l’hommage posthume qu’on lui rend, Labatt s’est distingué « par une énergie et un sens des affaires hors du commun ». L’entreprise dont il est le fondateur va devenir la Brasserie Labatt, l’une des brasseries les plus connues au Canada.

John Kinder Labatt

John Kinder Labatt
© La Brasserie Labatt

Originaire d’Irlande, John Kinder Labatt immigre au Canada en 1833. À son arrivée dans le Haut-Canada (l’actuelle Ontario), il cultive la terre, mais il se découvre bientôt une passion qui l’amène à oublier ses champs pour s’occuper d’une brasserie. C’est vers 1847 qu’il annonce à sa femme : « je ne conçois aucune autre occupation qui me plairait autant que le brassage de la bière ». Par ailleurs, Samuel Eccles achète la London Brewery en février 1847 et s’associe avec John Labatt le 28 octobre 1847. Lorsque Eccles quitte l’entreprise, la « Labatt and Eccles », pour prendre sa retraite en 1855, John Labatt en devient l’unique propriétaire et la renomme « Labatt Brewery ». En 1865, son fils, John Labatt fils, revient de Wheeling, en Virginie occidentale, pour se joindre à l’entreprise familiale dont il prend les rênes à la mort de son père.

John Labatt fils renomme la brasserie « Labatt and Company » et met au point une « India pale ale » qui gagne, entre autres, la médaille d’argent de 1876 à la Dominion of Canada Exposition. Il meurt peu de temps avant que l’entreprise ne doive affronter son défi le plus redoutable : la prohibition.

La London Brewery, circa 1870

La London Brewery, vers 1870
© La Brasserie Labatt

La prohibition (l’interdiction absolue d’alcool) s’impose d’abord en Saskatchewan en 1917 pour ensuite gagner l’Ontario. Devant cette menace d’ordre économique, les brasseries Labatt proposent des « temperance ales », bières qui ne contiennent que 2 % d’alcool et qui peuvent être vendues dans les provinces touchées par la prohibition. De plus, la compagnie exporte de la bière vers les États-Unis. Grâce à son ingéniosité, la société Labatt fait partie des 15 sociétés qui survivent à cette période.

Au 20e siècle, l’entreprise connaît de nombreux bouleversements. À partir de 1945, la société « John Labatt Limited » est cotée en bourse. L’année suivante, Labatt achète la Copland Brewery de Toronto, la première brasserie Labatt à l’extérieur de London. En 1951, Labatt met en marché la « Pilsener Lager ». Lorsqu’elle fait son apparition au Manitoba, les gens la surnomment la « bleue » à cause de la couleur de son étiquette et du soutien qu’accorde Labatt aux Blue Bombers, une équipe de la ligue canadienne de football basée à Winnipeg. C’est un surnom qui devait rester. Par la suite, Labatt met en marché la première bière légère et la première bière non alcoolisée au Canada.

Depuis 1955, Labatt est la propriété du plus grand brasseur au monde, la société InBev S.A., dont le siège social est en Belgique. De nos jours, Labatt a une sélections de 60 bières de qualité et des brasseries à travers le pays, ce qui surpasse de loin les modestes débuts au temps de John Kinder Labatt. Pionnier canadien et maître-brasseur, John Kinder Labatt est une personne d’importance historique nationale.

Date de modification :