Cette semaine en histoire

Archives

L’homme aux pianos

Cette histoire est parue à l'origine en 2007

Theodore August Heintzman, fondateur de l’entreprise de fabrication de pianos Heintzman & Co., décède à Toronto le 25 juillet 1899. On dit que son nom est plus connu dans l’Empire britannique que celui de sir Wilfrid Laurier!

Heintzman & Co. Valse pour Piano par D’Arcy Hume
© Bibliothèque et Archives Canada
On sait peu de choses sur son enfance. M. Heintzman naît à Berlin, en Allemage, fils d'une famille modeste. On rapporte que son père possédait une ébénisterie qui fabriquait aussi des touches et des claviers de pianos pour d’autres artisans. M. Heintzman apprend le métier d'ébéniste aux côtés de son père et, ensuite, celui de fabricant de pianos auprès de William Grewnew, réputé pour ses instruments de haute qualité.

En 1844, il épouse Matilda Louisa Grunow et commence à fabriquer des pianos et d’autres instruments pour l’oncle de celle-ci. Dans les années 1840, Berlin est plongée dans un bouleversement politique; en 1850, les Heintzman émigrent à New York. M. Heintzman trouve emploi à la fabrique de pianos Lighte & Newton. Deux ans plus tard, la famille déménage à Buffalo (New York), où M. Heintzman travaille pour la Keogh Piano Co. avant de lancer sa propre entreprise, Drew, Heintzman & Annowski. Cette aventure se termine peu de temps après, lorsque M. Heintzman se retire du partenariat en 1857.

Vitrine de magasin contenant des pianos Heintzman (vers 1920)
© The Montreal Star / Bibliothèque et Archives Canada
En 1860, la famille Heintzman déménage encore une fois, cette fois à Toronto; elle répond à l’invitation de John Thomas, un fabricant local de pianos. Cette année-là, M. Heintzman construit son premier piano dans la cuisine familiale, un instrument qui se distingue par sa sonorité exceptionnelle et la superbe finition du bois. Heintzman & Co. est officiellement constitué en société en 1866 et, en 1873, M. Heintzman doit construire une usine beaucoup plus vaste dans l’ouest de Toronto. On juge que les pianos Heintzman sont à la hauteur de la tradition européenne, et ils sont considérés comme nettement supérieurs à de nombreux modèles provenant de l’Amérique du Nord. Lorsque la reine Victoria assiste à un récital au Royal Albert Hall, elle est épatée par la beauté et la riche sonorité de l’instrument.

Dans les années 1880, la Heintzman & Co. construit plus de 500 pianos et doit intégrer une usine plus grande. Les pianos Heintzman sont en demande dans tout l’Empire britannique et aux États-Unis. À la mort de M. Heintzman, en 1899, les pianos Heintzman avaient remporté plus de onze prix et été présentés dans des expositions prestigieuses partout dans le monde. L’entreprise familiale Heintzman continuera de fabriquer des pianos jusque dans les années 1980; de nombreux instruments de grande qualité portant ce nom sont encore estimés dans les demeures des Canadiens.

En raison de sa contribution à l’industrie de la musique au Canada, Theodore August Heintzman a été désigné personne d’importance historique nationale en 1974.

Date de modification :