Cette semaine en histoire

Archives

Monsieur Radiotélévision

Cette histoire est parue à l'origine en 2004

L'animateur canadien Peter Gzowski naît à Toronto le 13 juillet 1934. Surnommé « Mister Canada » par certains et « Mister Broadcasting » par d'autres, il a compté parmi les plus grands animateurs de la Canadian Radio Broadcasting Corporation, pendant anglophone de la Société Radio-Canada (CBC/SRC). Il a interviewé des milliers de personnes, et changé la vie et touché le cœur des Canadiens, surtout au Canada anglais, pendant de nombreuses années.

Peter Gzowski
Photographie fournie par www.ObituariesToday.com

La radiodiffusion, au sens moderne, débute au Canada dans les années 1920. En 1929, le pays compte plus de 75 stations commerciales autorisées, francophones et anglophones, principalement dans les grandes villes. Un organisme de contrôle, la Commission canadienne de radiodiffusion (CCR), est créé à Ottawa lors de l’adoption de la Loi canadienne de la radiodiffusion, le 26 mai 1932. Aux prises avec des problèmes de financement, de programmation et de gestion, la CCR fait l’objet d’une enquête. Après la mise en œuvre des recommandations qui en découlent, une nouvelle Loi sur la radiodiffusion entre en vigueur le 2 novembre 1936, portant création de la Canadian Broadcasting Corporation/Société Radio-Canada.

La nouvelle société d'État a pour mandat de diffuser des programmes canadiens et étrangers à l’échelle nationale. À ses débuts, elle transmet des pièces de théâtre et des classiques originaux, des émissions à caractère religieux, les bulletins de nouvelles de la Presse canadienne, les parties de hockey de la Ligue nationale, des programmes pour enfants et les émissions du Northern Messenger. Au départ, ses programmes ne sont offerts que dans le centre du Canada; 30 ans plus tard, elle diffuse à la grandeur du pays et a également établi des liens à l’étranger. La CBC/SRC présente alors des émissions dans plus de 11 langues, dont l’ukrainien, le russe, le tchèque et le slovaque. L’essor de la radiodiffusion au Canada est toutefois freiné par l’avènement de la télévision en 1952. La radio de la CBC/SRC continue de se développer, mais la télévision a un effet inévitable sur le rôle que joue la radio ainsi que sur le nombre et la nature de ses auditeurs. En 1960, la CBC/SRC met sur pied un réseau FM et commence à offrir des services de diffusion internationaux.

Ancien quartier général de la CBC/SRC, Ottawa (Ontario)
© Kristen Luce, 2004
L’émergence de sociétés privées dans les années 1960 remet en question le monopole de la CBC/SRC sur la radiodiffusion et la télédiffusion au Canada. Malgré les difficultés qu’elle connaît au cours des 10 années suivantes, la CBC/SRC demeure le principal radiodiffuseur et télédiffuseur au Canada. Son mandat, c’est-à-dire d'être une société nationale de radiodiffusion offrant principalement des programmes canadiens et un service qui renseigne, éclaire et divertit, lui permet de joindre des auditeurs de tous âges et un public exceptionnellement vaste.

Grâce à des animateurs distingués comme l’énigmatique Peter Gzowski, la CBC/SRC s’assure un brillant succès. Exemple frappant d’architecture moderne, l'ancien Édifice de la SRC à Ottawa a été désigné édifice fédéral du patrimoine pour souligner l’influence de la CBC/SRC et de personnes comme Peter Gzowski sur la radiodiffusion au Canada.

Date de modification :