Cette semaine en histoire

Archives

Un Écossais savant!

Semaine du lundi le 17 novembre 2008

Le 23 novembre 1817, William Jack naît à Trailflatt en Écosse. Il ajoute «Brydone», le nom de jeune fille de sa mère, à son nom lorsqu'il déménage au Nouveau-Brunswick. Mathématicien, astronome et enseignant, William Brydone Jack conçoit et érige un des premiers observatoires de ce qui s’appelle alors l’Amérique du Nord britannique.

William Brydone Jack
© Archives et collections spéciales, Bibliothèque Harriet Irving , Université du Nouveau-Brunswick. UA PC-13 no.27(4)
En Écosse, Jack étudie le latin, le grec, les mathématiques, la physique et la philosophie. En 1840, il obtient une maîtrise de l’Université de St. Andrews. Il accepte ensuite le poste de professeur de mathématiques et de philosophie de la nature au King’s College à Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

En tant qu’enseignant, Jack juge important l’art de l’observation et l’art de l’expérimentation et décide avec James Robb, un compatriote également enseignant et scientifique, de demander des fonds en vue d’acheter du matériel scientifique pour le collège. Ils utilisent une partie de cet argent pour se procurer un télescope qu’ils font installer dans un bâtiment distinct érigé en 1851. Ce bâtiment, devenu l’observatoire et musée William Brydone Jack, est l’un des premiers observatoires astronomiques en Amérique du Nord britannique.

En collaboration avec J. B. Toldervy, un physicien, Jack parvient à déterminer la longitude précise de Fredericton, une de ses plus grandes réalisations. En 1855, l’observatoire de Toldervy étant avantageusement situé à proximité du poste de télégraphe, les deux hommes peuvent établir, grâce à des signaux télégraphiques transmis à l’observatoire du collège Harvard à Boston (Massachusetts) les coordonnées longitudinales exactes de Fredericton. À partir de ces dernières, Jack et Toldervy calculent les coordonnées d’autres endroits du Nouveau-Brunswick, ce qui permet de tracer la première carte précise de la province.

l’observatoire William Brydone Jack
© Archives et collections spéciales, Bibliothèque Harriet Irving , Université du Nouveau-Brunswick. Source de la photo: The University Monthly, v.24, n°7-8 (mai-juin 1905), p.246
En 1859, le King’s College est sécularisé et prend le nom de University of New Brunswick; en 1861, Jack en devient le recteur. L’été, il parcourt le Nouveau-Brunswick pour faire connaître son université et ce qu’elle a à offrir non seulement aux jeunes hommes et aux jeunes femmes, mais aussi à l’ensemble de la province. En tant que recteur, il engage des professeurs et enrichit le programme d'études proposées, les étudiants obtiennent un baccalauréat à la fin de trois sessions de 40 semaines. Il tente d’attirer les étudiants grâce à des frais de scolarité peu élevés et il lance l’enseignement des sciences pures et appliquées à l’université.

Le 23 novembre 1886, William Brydone Jack meurt, mais ses réalisations perdurent, notamment l’observatoire William Brydone Jack, le plus ancien observatoire du Canada encore debout et qui a été designé un lieu d'importance historique nationale du Canada.

Date de modification :