Cette semaine en histoire

Archives

Les pionniers noirs en Colombie-Britannique

Cette histoire est parue à l'origine en 2002

Le 25 avril 1858, un groupe d'Afro-américains libres, originaires de Californie, arrive à Victoria, en Colombie-Britannique, à bord du bateau à vapeur Commodore. Répondant à l'invitation du gouverneur James Douglas, ils espèrent trouver dans la colonie britannique un endroit où ils pourront commencer une nouvelle vie et où leurs droits civils seront respectés.

Le vapeur Commodore entre à Victoria en 1858

Le vapeur Commodore entre à Victoria en 1858
© Archives C.-B. / PDP00476

Plus tôt la même année, la ruée vers l'or des monts Caribou a attiré des milliers d'Américains blancs. Le gouverneur Douglas craint que la colonie britannique ne soit noyée sous le flot des Américains. Étant lui-même de sang mêlé, Douglas sait que les Afro-américains seront loyaux envers tout gouvernement qui saura garantir leurs droits; il envoie donc en Californie un représentant qu'il charge de promouvoir la colonie auprès d'un groupe d'Afro-américains. Le groupe arrivé à bord du Commodore voit ensuite à faire connaître en Californie les occasions qu'offre la Colombie-Britannique. Attirées par les promesses qui leur sont faites en matière d'octroi de terres et de reconnaissance de leurs droits constitutionnels, 400 familles gagnent Victoria.

Dès leur arrivée, les pionniers commencent à s'établir, la plupart à Victoria où ils mettent sur pied quelques-unes des entreprises les plus renommées de la ville. Beaucoup réussissent comme marchands, barbiers, restaurateurs et tenanciers de saloon. Sur l'île Saltspring, ils établissent des fermes et des ranchs prospères. Ils participent également à la construction d'une route majeure reliant la vallée de la rivière Harrison au cours supérieur du fleuve Fraser, et ils seront parmi les bâtisseurs de l'industrie minière et du secteur tertiaire de la province. En 1860, ils composent tout l'effectif du Victoria Pioneer Rifle Corps, la première milice volontaire de la colonie. Un homme d'affaires bien connu, Mifflin Wistar Gibbs, sera le premier Noir élu à un poste public en Colombie-Britannique.

Le Victoria Pioneer Rifle Corp

Le Victoria Pioneer Rifle Corp
© Bibliothèque et Archives Canada  / C-022626

Au début, les colons prospèrent sans être victimes de trop de discrimination de la part de la communauté blanche. Petit à petit, cependant, leurs efforts pour s'intégrer à la société se heurtent à des préjugés de plus en plus forts. Le Victoria Pioneer Rifle Corps est dissous et les nouveaux colons se voient interdire l'accès aux théâtres; ils sont en outre obligés de s'asseoir dans des sections réservées dans certaines églises et ils ne peuvent plus faire partie d'un jury. Ces colons avaient pourtant expressément évité de créer des institutions séparées — églises, écoles, etc. — parce qu'ils étaient convaincus que la colonie britannique leur offrirait des conditions différentes de celles qui régnaient aux États-Unis. Malheureusement, ils ne peuvent échapper à la discrimination. Malgré les préjugés dont ils ont été victimes, ces pionniers noirs ont fait preuve d'un grand courage et de beaucoup d'ingéniosité. Avec le temps, la colonie, et bientôt la province, sont devenues plus ouvertes et les Noirs de la Colombie-Britannique ont retrouvé leurs droits constitutionnels.

En 1997, les Pionniers noirs de la Colombie-Britannique ont été désignés un événement d'importance historique nationale. Mifflin Wistar Gibbs a été désigné une personne d'importance historique nationale. L'immigration des pionniers noirs en Alberta et en Saskatchewan a été désignée un événement d'importance historique nationale.

Pour en savoir plus sur l'immigration dans l'ouest, consultez  Les pionniers noirs mettent le cap sur le Prairies.

Date de modification :