Cette semaine en histoire

Archives

Les gens du sel et du sapin

Cette histoire est parue à l'origine en 2007

Le 10 avril 1948, la Gazette du Canada proclame la création du parc national Fundy, le premier parc national du Nouveau-Brunswick. Cette initiative vise à relancer l’économie de la région après les longues années difficiles qui ont suivi le recul important de l’industrie forestière et de la pêche.

L
L'ouverture officielle du parc national Fundy
© PANB Travel Bureau Photographs - PANB P93-A1-150
La présence autochtone dans cette région remonte à des milliers d’années, mais l’exploration de la baie de Fundy date de l’époque de Samuel de Champlain et de Pierre Dugua de Mons, au début du XVIIe siècle. La colonisation ne débute qu’à la fin du XVIIIe siècle, avec l’arrivée d'immigrants britanniques, écossais, américains et irlandais. Le premier colon qui s’établit de façon permanente dans le secteur du parc est Otis Cannon. Entourés de la riche forêt acadienne et des stocks impressionnants de poissons de la baie, les colons se mettent à construire des scieries et à pêcher pour gagner leur vie. Ils tentent aussi de cultiver la terre, entreprise qui s'avère difficile, car le sol est terriblement rocailleux. De nombreux colons abandonnent leur ferme, mais certains, comme les familles Matthews et McKinley, ont tout de même du succès.

Plusieurs petits établissements sont fondés, dont le village prospère de Point Wolfe, où l’on pratique l’exploitation forestière. La première scierie y est construite en 1828 et, dans les années 1870, un chantier maritime voit également le jour. On trouve aussi des pensions de famille et le magasin général de la compagnie dans ce village.

Point Wolfe aujourd
Point Wolfe aujourd'hui
© Parcs Canada / J. Shearon
Toutefois, de nouvelles technologies, comme les scieries à vapeur, se substituent peu à peu aux usines traditionnelles. De plus, les longues années d’exploitation forestière ont épuisé les forêts de la région. Les usines produisent des déchets qui polluent les cours d’eau, ce qui affecte les pêches locales. Les stocks de poissons des rivières Point Wolfe et Upper Salmon ne se renouvellent plus et de nombreuses pêcheries sont forcées de fermer leurs portes. Dans tous les villages, à la fin des années 1890, les populations commencent à accuser un déclin constant et, au tournant du siècle, de nombreuses usines sont fermées et démolies.

À la création du parc en 1948, on prend immédiatement des mesures pour le ramener à l’état dans lequel il était avant l’arrivée des colons. Les forêts et la végétation sont rétablies, et les usines et les bâtiments sont enlevés, éliminant les traces de nombreux villages et de communautés. Quant à Point Wolfe, c’est maintenant un terrain de camping populaire et une aire de fréquentation diurne pour les visiteurs du parc.

De nos jours, le parc offre des vues à couper le souffle sur les collines calédoniennes et la baie de Fundy, ainsi que sur les riches couleurs de la forêt acadienne. Malgré sa petite taille, le parc national Fundy joue un rôle important dans la préservation d’un riche volet de l’histoire écologique et culturelle du Canada.

Date de modification :