Cette semaine en histoire

Archives

Mary Meager Southcott, la « Florence Nightingale » de Terre-Neuve

Cette histoire est parue à l'origine en 2006

Le 13 juin 1913, Mary Meager Southcott, chef de file et éducatrice en soins infirmiers, fonde la première association professionnelle d’infirmières à Terre-Neuve. Elle sera également la première présidente de l'organisme.

Mary Meager Southcott
Mary Meager Southcott
© Heritage Foundation of Newfoundland and Labrador
Fille de Pamela et de John Southcott, Mary Meager Southcott naît le 21 septembre 1862 à St. John’s. En 1895, ses parents étant tous deux décédés, Mary est libre de réaliser une ambition de longue date : devenir infirmière.

À la fin du 19e siècle, peu de carrières respectables sont ouvertes aux femmes de la classe moyenne, et les soins infirmiers n’en font pas partie. Les premières infirmières sont souvent des domestiques sans formation ou d’anciennes patientes qui habitent dans des salles d’hôpital mal entretenues où elles sont exposées à la maladie. On comprend donc que les parents des jeunes femmes des classes moyenne et supérieure hésitent à autoriser celles-ci à devenir infirmières.

Southcott se rend à Londres, en Angleterre, en 1899, pour étudier les soins infirmiers. C’est là qu’elle découvre le « système Nightingale », mis au point par l’infirmière britannique Florence Nightingale. Les hôpitaux anglo-protestants du Canada ont adopté certains éléments de ce système, qui prévoit des infirmières de formation, une reconnaissance professionnelle et la présence d’infirmières surveillantes.

Les infirmières à l
Les infirmières du General Hospital.
© Heritage Foundation of Newfoundland and Labrador
En 1903, Southcott retourne à St. John’s où elle devient surveillante des infirmières du General Hospital. Voulant faire des soins infirmiers une profession honorable, elle y inaugure une École des soins infirmiers. Comme dans les autres écoles du genre à cette époque, les infirmières prodiguent des soins pendant leur formation. Southcott fonde ensuite une résidence, la King Edward VII Nurses’ Home, pour loger les élèves-infirmières. Enfin, en 1913, elle crée la Graduate Nurses’ Association qui établit le St. John’s Nurses’ Registry, un répertoire d’infirmières particulières disposées à travailler au domicile des patients, qui aide celles-ci à trouver du travail. L’Association cherche aussi à élever les normes de scolarité des infirmières et fait la promotion du titre d’infirmière « autorisée ».

Le directeur médical de l’hôpital, le Dr Lawrence Keegan, dispute à Southcott son influence. Les problèmes surgissent en 1912, au moment de déterminer qui a le pouvoir d’engager et de mettre à pied du personnel infirmier. Le Dr Keegan rejette l’idée que les infirmières surveillantes puissent être responsables de la formation des infirmières. Southcott n’est pas d’accord. Il en résulte une impasse qui donnera lieu à la Commission royale de 1914-1915. Bien qu’aucun autre médecin ne porte plainte contre Southcott, la Commission exige sa démission et, à la suite de l’adoption de la General Hospital Act, les infirmières passent sous l’autorité du directeur médical.

Véritable figure de proue, tant pour les femmes en général que pour les infirmières, Southcott préconise le droit de vote pour les femmes à Terre-Neuve, contribue à éduquer les sages-femmes locales, fonde une maternité privée et est la présidente fondatrice de la Child Welfare Association en 1921. Mary Meager Southcott a été désignée personne d’importance historique nationale en raison de son travail de pionnière en vue de professionnaliser, d’éduquer et d’organiser les infirmières à Terre-Neuve.

Date de modification :