Cette semaine en histoire

Archives

Un gouvernement responsable

Semaine du lundi le 19 avril 1999

Le 25 avril 1849, le bill des indemnités reçut la sanction royale. L'application du principe de la responsabilité ministérielle au Canada traverse avec succès sa première grande épreuve.

Des rebelles capturés

Des rebelles capturés
© BAC / C3653

En 1837, des rébellions avaient éclaté dans les deux Canadas. Dans le Bas-Canada, les rebelles étaient pour la plupart des patriotes outrés du contrôle que les Britanniques exerçaient sur leur gouvernement. Le conseil exécutif nommé par le gouverneur pouvait rejeter toute décision de l'assemblée législative élue. Les patriotes firent des assemblées populaires, organisèrent le boycottage des produits britanniques, et menèrent des raids contre les militaires britanniques.

Dans le Haut-Canada, le conseil exécutif nommé se composait d'une majorité d'anglicans qui étaient tous parents ou amis, ce qui lui avait valu le surnom de « Pacte de famille ». Au moment de distribuer les fonds publics, le Pacte favorisait ses coreligionnaires aux dépends de la majorité des colons. La colère grondait. Les rebelles rédigèrent une nouvelle constitution et voulurent attaquer York (aujourd'hui Toronto) afin de « libérer » le Haut-Canada.

Après les rébellions, la Grande-Bretagne chargea lord Durham d'enquêter sur place. Dans son célèbre rapport, il recommandait d'unir les colonies et de leur accorder l'exercice du gouvernement responsable. L'Acte d'union de 1840 donnait au Canada-Est et Ouest (auparavant le Bas et le Haut-Canada) une représentation égale au sein d'une assemblée élective dotée de pouvoirs accrus.

Incendie du parlement de Montréal

Incendie du parlement de Montréal, Joseph Légaré
© Musée McCord / M11588

Moins radicaux que les rebelles, les réformistes dans les deux Canadas voulaient changer le gouvernement par des voies politiques. Malgré les fiers-à-bas que leurs adversaires avaient engagés pour les intimider en période électorale, ils gagnèrent la faveur des électeurs. Louis-Hippolyte Lafontaine, chef réformiste du Canada-Est, forma le cabinet de 1848, en collaboration avec Robert Baldwin, chef réformiste du Canada-Ouest.

L'adoption de la loi, le 25 avril, visant à indemniser ceux qui avaient subi des dommages au Bas-Canada durant la rébellion démontra que les Canadiens avaient bel et bien un gouvernement responsable. Le Parlement étent désormais sous le contrôle d'une assemblée élue et non plus d'un conseil exécutif nommé.

Beaucoup de conservateurs craignaient que les rebelles ne trouvent le moyen de profiter de la loi d'indemnité. Après la sanction royale des émeutiers conservateurs mirent le feu au parlement à Montréal et attaquèrent le gouverneur général, lord Elgin. Celui-ci tint bon et la loi fut maintenue.

Des plaques posées à Toronto et à Montréal commémorent respectivement la contribution de Robert Baldwin et de sir Louis-Hippolyte Lafontaine à la mise en place du gouvernement responsable au Canada.

Date de modification :