Cette semaine en histoire

Archives

Tragédie à Fort St. John

Semaine du lundi le 27 octobre 2008

Le 2 novembre 1823, Guy Hughes trouve la mort dans une embuscade à Fort St. John, sur la rivière d’Épinette, en Colombie-Britannique. Cet événement marque le point culminant des tensions entre la Compagnie de la Baie d’Hudson et la nation Beaver, celles-ci ayant pour origine la fermeture du poste.

Vallée de la rivière de la Paix, à quelques Kilometres au sud de Fort St. John
© Ressources naturelles Canada 2008/ Commission géologique du Canada/ 2002-595/ R. Couture et G.B. Fasani
Fort St. John avait été ouvert par la Compagnie du Nord-Ouest en 1806, à la demande de la nation Beaver qui voulait avoir un poste de traite sur son territoire parce que ses membres ne pouvaient pas se rendre sans danger jusqu'aux autres forts, situés en territoire Sekanni.

En 1820, lorsque la CBH s’empare de Fort St. John, le poste n’est plus rentable et il est devenu impossible de s’approvisionner localement: la population de bisons est décimée et les orignaux et wapitis ont migré plus loin. La CBH décide donc de transférer ses opérations à Rocky Mountain Portage House, alors fermé, afin de se rapprocher de son principal partenaire commercial, la nation Sekanni. Les Beavers se voient alors forcés de commercer à Fort Dunvegan, une source potentielle de conflit puisqu’ils ne s’entendent pas avec la tribu qui s’y trouve. Le  28 octobre, le chef des commerçants de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Francis Heron, est dépêché pour apaiser les craintes des Beavers, mais en raison des ordres stricts qu’il a reçus, il n’a pas les coudées franches. Il repart pour Portage House, et c’est Guy Hughes qui prend la tête du poste.

Hughes n’est pas aimé des Beavers qui l’accusent d’avoir jeté un mauvais sort à un homme. En effet, quelques heures après avoir été touché à l’épaule par Hugues, alors à la recherche d’un guide, cet homme tombe malade. Le lendemain, alors qu’il regagne le fort par la rivière, Hugues est abattu par deux Autochtones. Les Beavers pillent le fort et tuent, le lendemain, quatre hommes arrivés en canot de Portage House. 

Reconstitution interprétative de Fort St. John vers 1823
© Knut Fladmark, "Early fur trade forts of the Peace River area of British Columbia, B.C. Studies, Vol. 65, pp.48-65, 1985

Fort St. John est abandonné. En plus de représenter une réaction à des problèmes immédiats, notamment la fermeture du poste et la haine des Beavers pour Hugues, les meurtres sont le résultat de problèmes typiques du commerce de la fourrure en général. Les Européens s’installent dans un secteur, en exploitent les ressources à outrance, puis s’en vont, laissant dans leur fouleé la population autochtone quasi démunie. Dans le cas des Beavers, la réaction a été violente. En 1827, une fois apaisées les tensions dans la région, la CBH commence à rouvrir les forts fermés après les événements de Fort St. John.

Le Fort St. John a été désigné comme lieu historique national en 1958.

Date de modification :