Cette semaine en histoire

Archives

« Toute science est soit de la physique, soit de la philatélie »

Semaine du lundi le 8 décembre 2008

Le 11 décembre 1908, Ernest Rutherford donne une conférence à Stockholm, en Suède : l’homme qui a un jour déclaré que « toute science est soit de la physique, soit de la philatélie » vient de recevoir le prix Nobel de chimie pour ses recherches sur la désintégration des éléments et la chimie des substances radioactives.

Ernest Rutherford
© Edgar Fahs Smith Collection, University of Pennsylvania Library
Rutherford naît le 30 août 1871 à Nelson, en Nouvelle-Zélande. En 1889, fraîchement diplômé du Nelson Collegiate School, il reçoit une bourse qui lui permet de fréquenter le Canterbury College, en Nouvelle-Zélande. En 1895, il bénéficie d’une nouvelle bourse, la «1851 Exhibition Science Scholarship» , et part pour le Trinity College de Cambridge, en Angleterre, où il devient étudiant chercheur sous la direction de J. J. Thomson, au laboratoire Cavendish. De là, il partira enseigner la physique expérimentale à l’Université McGill de Montréal. Entre 1898 et 1907, année où il rentre en Angleterre, Rutherford vit à Montréal, où il poursuit ses recherches sur la radioactivité.

Rutherford a une carrière remarquable; scientifique brillant, auteur de nombreuses découvertes exceptionnelles, il devient le premier vrai alchimiste lorsqu’il change de l’azote en oxygène. Il est le premier à expliquer la radioactivité comme la « désintégration spontanée d’atomes », le premier également à définir la structure de l’atome et l’âge de la Terre. Ce sont aussi ses recherches qui mènent à l’invention du compteur Geiger, le quel détecte les particules nucléaires, et du détecteur de fumée moderne.

Billet de banque de 100 $ de la Nouvelle-Zélande a l'effigie de Ernest Rutherford
© Reserve Bank of New Zealand (RBNZ)
En 1933, lorsque Hitler prend le pouvoir, Rutherford contribue à la fondation de l’Academic Assistance Council; l’organisme, qu’il préside, aide les universitaires juifs exilés dans ce qui deviendra l’une des plus importantes migrations de scientifiques de l’histoire, à la suite de laquelle l’Amérique ravira à l’Europe son titre de centre scientifique.

En 1914, le savant est fait chevalier et devient sir Ernest Rutherford; élevé à la pairie en 1931, à l’âge de 61 ans, il est désormais Ernest, lord Rutherford of Nelson. Toute sa vie, il aura accumulé les honneurs et reçu des diplômes honorifiques de plus de 20 universités. À sa mort, le 19 octobre 1937, on inhume ses cendres à l’Abbaye de Westminster, à Londres, en compagnie de sir Isaac Newton, de J. J. Thomson et d’autres brillants scientifiques britanniques.

Même si Ernest Rutherford n’est pas canadien, les travaux qu’il a réalisés à Montréal avec son collègue Frederick Soddy lui ont valu le prix Nobel de chimie; c’est pour cette raison qu’il a été désigné comme personne d'importance historique nationale.

Date de modification :