Cette semaine en histoire

Archives

Le Canada propulsé dans l'ère spatiale

Semaine du lundi le 29 septembre 2008

Le 29 septembre 1962, le satellite Alouette 1 est lancé en orbite depuis Vandenberg, en Californie, à bord d’une fusée Thor-Agena B, et fait ainsi du Canada le troisième pays à entrer dans l’ère spatiale! Avant le lancement d’Alouette 1, seuls les États-Unis et l’ancienne Union soviétique possédaient des satellites en orbite.

Le satellite Alouette 1
© Agence spatiale canadienne
Véritable exploit technique, Alouette 1 est choisi en 1987 pour figurer parmi les dix plus grandes réalisations de 100 ans de génie canadien. En 1993, il s’attire les éloges de l’Institute of Electrical and Electronic Engineers (IEEE), le plus important organisme technique au monde, qui qualifie son lancement d’étape clé du génie électrique, à l’échelle mondiale.

La mise au point d’Alouette 1 est entreprise lorsque des scientifiques canadiens du Conseil de recherches pour la défense (CRD) acceptent l’invitation des États-Unis à prendre part à des programmes spatiaux conjoints. En 1958, l’Établissement de recherches sur les télécommunications de la défense (ERTD), une branche du CRD, présente une proposition à la NASA. La paternité du concept est attribuée à Eldon Warren. La proposition est acceptée, et les travaux commencent aussitôt sous la direction de John Chapman. Une équipe de plus de 100 employés techniques et scientifiques met la main à la pâte. Alouette 1 est une réussite remarquable : il passera dix années dans l’espace, alors que d’autres satellites lancés à la même époque y séjournent à peine quelques mois. Le satellite doit ce succès à l’excellence de sa conception technique et de sa construction.

Leroy Nelms et John Chapman portant un toast au satellite Alouette 1
© Ted Grant / Bibliothèque et Archives Canada
Alouette 1 est conçu pour étudier l’ionosphère, une couche de l’atmosphère composée de gaz ionisé. L’ionosphère est essentielle à la transmission des signaux radio à ondes courtes sur de longues distances; ces signaux sont réfléchis avant de revenir sur Terre, où ils sont captés par une station radio éloignée. À l’époque, la radio à ondes courtes constitue l’unique moyen de communiquer avec le Nord. Les scientifiques du CRD cherchent à comprendre pourquoi les variations de l’ionosphère occasionnent de fréquentes interruptions du contact radio avec cette région. Pendant les dix années où il est en orbite, Alouette 1 contribue à l’étude de l’ionosphère, dont il envoie plus d’un million d’images sur Terre.

Le succès d’Alouette 1 a aidé à paver la voie à la création d’institutions telles que l’Agence spatiale canadienne, Télésat Canada, le Centre de recherches sur les communications et le Laboratoire David Florida.

Pour avoir contribué à faire du Canada – troisième pays dans l’espace! – un chef de file en matière d’ingénierie des engins spatiaux et de la recherche spatiale, le programme Alouette 1 a été désigné comme événement d’importance historique nationale.

Date de modification :