Cette semaine en histoire

Archives

« La ministre des femmes »

Semaine du lundi le 14 juillet 2008

Le 18 juillet 1921, Mary Irene Parlby est élue à l’assemblée législative de l’Alberta en tant que membre des Cultivateurs unis de l’Alberta et nommée ministre sans portefeuille. Se voyant confier les questions féminines, elle s’efforce d’améliorer le sort des femmes et des enfants et appuie l’augmentation des salaires accordés aux travailleuses ainsi que l’octroi du droit de propriété aux femmes mariées. Elle fait adopter la Minimum Wage for Women Act (1925) et milite pour l’amélioration du système de santé public grâce à la création d’hôpitaux municipaux et de cliniques médicales et dentaires ambulantes. Réélue en 1926 puis en 1930, elle sera la femme qui occupera le plus longtemps un poste de ministre.

Mary Irene Parlby
© Archives de Glenbow, AN-2204-12
Arrivée au Canada en 1897, Mary Irene Parlby se marie et s’établit dans le centre de l’Alberta. À la même époque, elle se lance sur la scène politique. En 1913, elle contribue à l’établissement du Alix Country Women’s Club, un organisme voué à l’amélioration du sort des collectivités. En 1916, le club participe à la création de la United Farm Women of Alberta, que préside Mme Parlby et qui œuvre au bien-être social des fermières et de leurs enfants. Ministre du gouvernement à prédominance masculine que forment les Cultivateurs unis de l’Alberta, elle continue d’inciter les femmes à jouer un rôle accru en politique.

C’est dans cette optique qu’elle se joint en 1927 à quatre autres femmes qui cherchent à ouvrir les portes du sénat aux femmes. L’article 24 de l’Acte d’Amérique du Nord Britannique (1867) stipule que seules des « personnes » peuvent être sénateurs et, à l’époque, les femmes ne sont pas considérées légalement comme des « personnes ». En 1928, les cinq femmes portent l’affaire devant la Cour suprême, qui confirme que les femmes ne sont pas des « personnes ». Nullement découragées par cette décision, elles en appellent au Comité judiciaire du Conseil privé de Grande-Bretagne, à l’époque la plus haute cour d’appel pour le Canada. Grâce à celles qu’on appellera les « célèbres cinq», le Conseil privé reconnaît en 1929 que les femmes sont bel et bien des « personnes » au sens de la loi. Mme Parlby voit se réaliser son souhait que les femmes participent davantage à la vie politique.

Irene Parlby, en blanc, avec d’autres représentants élus des Cultivateurs unis de l’Alberta, devant le bâtiment Lougheen, à Calgary, en Alberta.
© Archives de Glenbow, AN 2204-4

En 1930, Mme Parlby est nommée déléguée à la Ligue des nations, à Genève, et en 1935, elle devient la première femme à obtenir un diplôme honorifique en droit de l’Université de l’Alberta.

Pour son rôle dans l’affaire « personnes », événement d’importance historique national, et pour son travail de législatrice, Mary Irene Parlby a été désignée personne d’importance historique nationale en 1966.

Pour en savoir plus sur l’affaire « personnes », lisez Les femmes sont des personnes... n'est-ce pas? dans les archives de Cette semaine en histoire. Pour mieux connaître les autres femmes qui faisaient partie des «célèbres cinq», lisez L'une des Cinq mais non la moindre!, L'anniversaire d'Emily Murphy, activisteLes ambitions d’une militante de principes et Les femmes de Winnipeg tiennent Parlement.

Date de modification :