Cette semaine en histoire

Archives

« Si j’avais les ailes d’un ange… »

Semaine du lundi le 9 juin 2008

Le 14 juin 1919, à 12 h 58, heure de Terre-Neuve, John Alcock et Arthur Whitten-Brown quittent St. John’s, à Terre-Neuve, à bord d’un biplan Vickers Vimy. Les deux hommes espèrent réaliser le premier vol transatlantique sans escale de l’histoire. Seize heures douze minutes plus tard, ils y parviennent.

Le Vickers Vimy et des spectateurs avant le décollage, le 14 juin 1919
Le Vickers Vimy et des spectateurs avant le décollage, le 14 juin 1919. La photo est signée d’Arthur Brown.
© Musée de l’aviation du Canada
En 1913, un journal londonien, le Daily Mail, offre une récompense de 10 000 £ aux premiers aviateurs qui réussiront à traverser l’Atlantique. Nombreux sont ceux qui répondent à l'appel et ils ne manquent pas d'originalité.  La tentative la plus étonnante implique un hydravion à coque de la United States Navy, qui fera le trajet de la baie Trepassey, à Terre-Neuve, jusqu’à Lisbonne. Le lieutenant-commandent A.C. Read et l’équipage de l’hydravion Curtiss NC-4 mettront plus de 10 jours à arriver à destination, car ils seront contraints de s’arrêter sur des îles pour faire le plein. Bien que le Daily Mail n’ait pas précisé que le vol gagnant devait être fait sans escale, la U.S. Navy refuse le prix.

Pour sa part, Alcock commence à planifier son voyage avant même d’avoir rencontré Brown. Les deux hommes s’associent peu après s’être entretenus à Vickers, où Alcock est pilote d’essai en chef. Après avoir entendu Brown parler des problèmes que pose la navigation au-dessus de l’Atlantique, Alcock lui demande de l’accompagner dans son vol. Leur appareil, un Vimy, a été conçu à la hâte pendant la Première Guerre mondiale. L’usine Vickers n’a mis que quatre mois pour concevoir et mettre à l’essai le bombardier, qui n’a cependant pas été prêt à temps pour les combats. Pour adapter le Vimy à un vol transatlantique, l’équipe de Vickers lui retire tous ses dispositifs militaires et le dote d’un réservoir plus grand.

Maquette du biplan Vickers Vimy
Maquette du biplan Vickers Vimy
© Musée de l’aviation du Canada
Alcock et Brown font face à de nombreuses difficultés durant leur vol. Peu après le décollage, ils frappent un banc de brume qui les empêche de naviguer. À plusieurs reprises, ils perdent la maîtrise de l’appareil qui pique alors en spirale, et Brown doit grimper quatre fois sur les ailes pour en retirer la neige et la glace qui risquent d’endommager les commandes et le moteur. Lorsqu’il atterrit près de Clifden, en Irlande, le Vimy est très endommagé. Bien qu’épuisés, les deux hommes sont pour leur part sains et saufs.

Des célébrations d’envergure sont organisées et, en plus de recevoir les 10 000 £ promises, Alcock et Brown sont faits chevaliers. À la réception qui a lieu au Royal Aero Club de Londres, les aviateurs déguslent des « oeufs pochés alcock », un « suprême de sole à la Brown », du « poulet de printemps à la Vickers Vimy », une « salade Clifden » et, bien entendu, un « gâteau grand succès ».

Le vol transatlantique d’Alcock et Brown est un événement d’importance historique nationale.

Date de modification :