Cette semaine en histoire

Archives

À la recherche du passage du Nord-Ouest

Semaine du lundi le 19 mai 2008

Le 19 mai 1587, John Davis quitte l’Angleterre et met le cap sur l’Arctique pour une troisième fois. Navigateur, explorateur et cartographe, Davis se rend plus au nord dans l’Arctique canadien que tous les explorateurs qui l'ont précédé.

Une carte des voyages de John Davis
© Fondation Historica
Convaincu de l’existence d’un passage du Nord-Ouest, un chenal qui faciliterait les échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et l’Extrême-Orient, Davis fait trois voyages dans l’Arctique pour tenter de le localiser. Il quitte la Grande-Bretagne pour la première fois le 7 juin 1585 et retrace l'itinéraire de son prédécesseur, Martin Frobisher. Il contourne la pointe sud du Groenland, puis remonte la côte ouest de l’île avant de traverser jusqu’à la baie Exeter, sur la côte de l’île de Baffin. À son retour en Grande-Bretagne le 30 septembre 1585, Davis est persuadé que le détroit qu’il a découvert et baptisé baie Cumberland est bel et bien le passage du Nord-Ouest.

Le 7 mai 1586, Davis quitte de nouveau l’Angleterre en quête du passage du Nord-Ouest et poursuit son exploration de la côte sud-ouest du Groenland et des côtes du Labrador.

Lors de son dernier voyage, Davis explore la baie de Baffin, parcourt le golfe de Cumberland et découvre ce qu’on appellera plus tard le détroit d’Hudson. Il poursuit son avancée vers le Nord dans la baie de Baffin, mais les vents et les glaces l'obligent à faire demi-tour. Franchissant le détroit d’Hudson, il est le premier à signaler la présence de remous de marée dangereux autour de l’île de la Résolution. Il se dirige ensuite vers le Labrador, puis regagne l'Angleterre afin de reconstituer ses réserves d’eau potable et de bois qui sont presque épuisées. 

Davis, John. The Seaman's Secrets. London: Thomas Dawson, 1607
© Domaine du Public

Davis apporte une contribution majeure à l’exploration de l’Arctique. On lui doit l’invention du compas quart-de-cercle, connu aussi sous le nom de quadrant, qui sert à mesurer la latitude. C’est le premier instrument qui permet aux navigateurs de se tenir dos au soleil pour déterminer la latitude au lieu d’avoir à le regarder directement. Ses écrits sont également importants et constituent des références pour les explorateurs qui lui succèdent. Son ouvrage intitulé Seaman’s Secrets (1599) devient le livre de chevet des marins et le The Worldes Hydrographical Description (1595) résume magistralement les connaissances géographiques de l’époque.

On lui attribue la découverte des îles Falkland. Plus tard, il entreprend l’exploration des Indes orientales. C’est pendant l’un de ces voyages à la barre du Tiger qu’il est assassiné, le 27 décembre 1605, par des pirates japonais.

Bien que John Davis ait échoué dans sa quête du passage du Nord-Ouest, il a été désigné personne d’importance historique nationale en raison de sa contribution à l’exploration et à la cartographie de la région entourant l’île de Baffin, le Groenland et Terre-Neuve.

Date de modification :