Cette semaine en histoire

Archives

La lutte contre la discrimination raciale

Semaine du lundi le 12 mai 2008

Le 18 mai 1945, la Fraternité des porteurs de wagons-lits signe sa première convention collective avec la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique à la gare Windsor de Montréal. Cet événement marque la première entente  intervenue au Canada entre un syndicat formé par des personnes d’origine afro-canadienne et un employeur de race blanche.

L'intérieur d'un wagon-lit du Canadien Pacifique en novembre 1892.
© Glenbow Archives, NA-1825-5
Dans les communautés afro-canadiennes de l’époque, les porteurs de wagons-lits sont des gens très respectés puisque cet emploi est la fonction la plus élevée à laquelle ils peuvent accéder. Il n’y a aucune possibilité d'avancement, mais ils considèrent cet emploi comme une chance d’avoir un travail stable. Par contre, les conditions de travail sont médiocres. Les porteurs doivent parfois travailler pendant 24 heures consécutives sans que les heures supplémentaires soient rémunérées. Aussi, on leur rappelle constamment qu’ils sont inférieurs aux passagers, majoritairement de race blanche. De fait, les passagers s’adressent souvent aux porteurs de manière condescendante en les appelant «George», d’après le créateur des wagons-lits, George Pullman.

Les porteurs noirs, inspirés par le mouvement syndical des travailleurs blancs, décident donc de se syndicaliser afin d’améliorer leur situation. Ils tentent au début de se joindre aux syndicats existants, mais ceux-ci ont souvent une clause dans leur chartre indiquant que seuls les employés de race blanche peuvent s’y joindre. En 1918, avec l’aide de J.A. Robinson, l’Ordre des porteurs de wagons-lits est donc formé pour aider les personnes afro-canadiennes embauchées par la compagnie de chemin de fer Canadien du Nord, qui fera partie du Canadien National dès 1919. Ce syndicat permet alors aux employés noirs de la compagnie ferroviaire de jouir de plusieurs améliorations de leurs conditions salariales et de travail. 

Stanley Grizzle visite une classe au George Brown College avec son livre My Name's Not George : The Story of the Sleeping Car Porters in Canada.
© George Brown College, Maureen Hynes, mars 2000

De leur côté, les employés afro-canadiens du Canadien Pacifique tentent aussi de s’organiser. En 1925, A. Philip Randolph forme à New York la Fraternité des porteurs de wagons-lits. En 1942, trois cellules de ce syndicat sont formées à la suite d’une campagne clandestine menée au Canada de 1939 à 1941 avec l’aide d’Arthur Blanchette, à Toronto, à Montréal et à Winnipeg. Sous la direction de personnes comme Stanley Grizzle, président de la section locale de Toronto, la Fraternité continue, après la signature de sa première entente collective, à lutter contre les politiques discriminatoires en matière de travail. D’ailleurs, en 1955, ce syndicat remporte une grande victoire lorsque le Canadien Pacifique accepte d’accorder aux porteurs la possibilité d'avancement. La Fraternité disparaît complètement au Canada en 1978 après la création de Via Rail Canada qui s’occupe dorénavant du transport des passagers.

L’effort des porteurs afro-canadiens a eu un grand impact dans la lutte pour les droits de la personne au Canada. Les employés noirs des chemins de fer et leur mouvement syndical est déclaré événement d’importance historique nationale en 1994.

Date de modification :