Cette semaine en histoire

Archives

«La convention de tous les Juifs canadiens»

Semaine du lundi le 10 mars 2008

Le 16 mars 1919, le Congrès juif canadien (CJC) voit le jour à Montréal. Plus de 200 délégués venus des quatre coins du pays se sont donné rendez-vous pour créer un organisme qui représentera et défendra les Juifs au Canada.

Lyon Cohen, premier président du Congrès juif canadien
© A.D Hart, The Jew in Canada, 1926
La création du CJC n’est pas chose facile. Au début du 20e siècle, la communauté juive du Canada est divisée entre les Juifs bien établis et des vagues récentes d’immigrants juifs.

Bien qu’ils soient majoritaires, les nouveaux venus sont frustrés par leur manque de représentation au sein de la communauté juive. Ils décident donc de former leur propre association. En mars 1915, ils se réunissent pour créer un organisme permanent, la Canadian Jewish Alliance (alliance des Juifs canadiens). Leur principale préoccupation consiste à venir en aide à leurs proches restés dans les pays d’Europe de l’Est dévastés par la guerre.

Les associations juives de l’époque, en particulier la Federation of Zionist Societies of Canada (fédération des sociétés sionistes du Canada), ne voient pas d’un bon œil la création de la Canadian Jewish Alliance. Le différend procède d’une rivalité plutôt que d’une opposition de visions. Les sionistes établis, n’appréciant pas la présence d’une autre association, décident de créer la leur, la Canadian Jewish Conference (conférence des Juifs canadiens), qui a elle aussi pour but d’organiser la communauté juive. 

Les délégués à la première rencontre du CJC
© Service des archives du Congrès juif canadien, Comité des charités

Les deux associations travaillent chacune de leur côté. Cependant, le Comité voit dans la fin de la Première Guerre mondiale une occasion d’améliorer la situation des Juifs dans le monde et décide que des changements concrets ne seront réalisables que grâce à la coopération de l’ensemble de la communauté juive.

En mars 1919, la Canadian Jewish Conference se joint à la Canadian Jewish Alliance, et des délégués des deux associations, élus démocratiquement par 25 000 Juifs de partout au pays, assistent à la réunion de fondation du Congrès juif canadien (CJC). Cette rencontre permet d’établir les principaux objectifs de l’organisme: appuyer le mouvement en faveur de l’établissement d’une patrie en Palestine; assister la diaspora juive dans les anciennes zones de guerre; promouvoir l’égalité des droits des Juifs dans l’Europe d’après-guerre; et créer le Service d’aide aux immigrants juifs. Le CJC décide aussi d’envoyer des émissaires à Versailles pour qu’ils travaillent avec l’American Jewish Congress (congrès juif américain) et qu’ils influencent le processus de paix.

Malgré un statut d’organisme permanent, le CJC reste inactif jusqu’à ce qu’il convoque à nouveau une assemblée en 1934, lorsque la montée d’Hitler et la recrudescence de l’antisémitisme partout dans le monde l’incitent à agir. À ce jour, le CJC continue de défendre les droits de la communauté juive et de militer pour mettre un terme à toutes formes de crimes haineux et d’intolérance envers les Juifs. En 2005, la fondation du Congrès juif canadien a été désignée un événement d’importance historique nationale.

Date de modification :