Cette semaine en histoire

Archives

Le chaînon manquant

Semaine du lundi le 10 septembre 2007

Le 10 septembre 1895, le canal de Sault Ste Marie est inauguré, six ans après le début de sa construction. Comme il permet aux navires de passagers et de marchandises de contourner les rapides St. Mary’s, cet ouvrage se trouve à être le dernier « chaînon » d’une voie navigable entièrement canadienne qui relie Montréal et les Grands Lacs.

La construction du canal débute en mai 1889 et s'achève en septembre 1895, au moment du passage du premier navire
La construction du canal débute en mai 1889 et s'achève en septembre 1895, au moment du passage du premier navire.
© Parcs Canada
Sault Ste Marie est depuis longtemps considérée comme une importante zone de transit. Les Premières nations vivent depuis des millénaires près des rapides, où l’on trouve de grandes concentrations de corégone. Les premiers Européens à atteindre la région sont des explorateurs français qui remontent les cours d’eau naturels vers l’Ouest. Peu après, des missionnaires jésuites y fondent une mission permanente. À la fin du 18e siècle, des commerçants de fourrure britanniques aménagent un modeste canal pour contourner les rapides. La Compagnie du Nord-Ouest ouvre un poste de traite sur la rive nord des rapides en 1797, mais le site perd de son importance avec le déclin du commerce transatlantique et de l’expansion du réseau ferroviaire américain.

Dans les années 1840, l’idée de construire un canal à Sault Ste Marie a refait surface, mais l’inauguration d’un grand canal du côté américain de la rivière en 1855 empêche ce projet de se concrétiser. Pendant 40 ans, tous les navires canadiens empruntent le canal américain, jusqu’à ce que les intérêts économiques du Canada justifient l’amélioration du réseau fluvial. La nécessité l'aménager une voie navigable entièrement canadienne vers l’Ouest devient manifeste lorsqu’un navire canadien se voit refuser l’accès au canal américain pendant la première rébellion de Louis Riel.

À l’époque de sa construction, le canal de Sault Ste Marie est une merveille technologique. Pouvant accomoder en même temps un laquier et deux petits navires, son écluse est la plus vaste au monde. Elle est aussi la première à générer sa propre électricité pour actionner portes, vannes de régulation et système d’éclairage. L’eau qui circule dans le fond de l’écluse réduit la turbulence pendant les opérations de remplissage et de vidage, et le barrage tournant de secours – une innovation à l’époque – contrôle le débit de l’eau en cas d’accident, ce qui accélère les réparations.

Navire pénétrant dans l’écluse pour la navigation de plaisance ouverte en 1998
Navire pénétrant dans l’écluse pour la naviagation plaisance ouverte en 1998
© Parcs Canada / H.06.644.08.10(05)
Après 80 années de service continu, le canal de Sault Ste Marie, qui était administré par la Voie maritime du Saint-Laurent, a été confié à Parcs Canada. En 1987, le canal a été fermé à la navigation en raison d’une défaillance structurale. Aujourd’hui, résidents et visiteurs peuvent profiter de la nouvelle écluse pour la navigation de plaisance, en plus de se promener dans le parc voisin et de visiter des bâtiments patrimoniaux, comme la résidence du directeur, l’abri des préposés et la centrale électrique. En raison de ses innovations techniques et de sa place dans le réseau des canaux nationaux du Canada, le canal de Sault Ste. Marie a été désigné lieu historique national en 1987.

Pour en savoir plus, visitez la page du lieu historique national du Canada du Canal-de-Sault Ste. Marie sur le site Web de Parcs Canada.

Date de modification :