Cette semaine en histoire

Archives

Protecteur de l’espace aérien

Semaine du lundi le 29 octobre 2007

Le 3 novembre 1894, William George Barker naît sur une ferme près de Dauphin, au Manitoba. Il acquiert très vite une réputation de tireur d’élite, une habileté qu’il met à profit durant la Première Guerre mondiale.

William George Barker, 1918
William George Barker, 1918
© Swaine / Bibliothèque et Archives Canada / PA-122516
Au déclenchement de la Grande Guerre, Barker s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien (CEF) en tant que cavalier du 1er Régiment canadien de fusiliers à cheval. Sur sa feuille d’enrôlement, il indique avoir 20 ans et être étudiant. On le juge apte au service militaire et on l’envoie à Brandon et à Shilo, au Manitoba, pour son instruction de base. En juin 1915, son régiment arrive en Angleterre et, moins de trois mois plus tard, est engagé dans les combats pour défendre le saillant d’Ypres, en Belgique. Barker restera dans ce pays jusqu’en mars 1916, soit jusqu’au moment où il se joint au Royal Flying Corps (RFC).

C’est à titre d’observateur-tireur que Barker fait ses débuts au RFC où il doit diriger le tir de l’artillerie et effectuer la reconnaissance visuelle et photographique. En novembre 1916, il reçoit la Croix militaire pour avoir défendu son avion du tir ennemi lors d’une difficile mission photographique pendant la bataille de la Somme.

En janvier 1917, Barker entreprend une formation de pilote en Angleterre et son instructeur le trouve tellement doué qu’il lui permet de s’envoler seul après à peine une heure d’entraînement. Il exécute de nouveau des missions de reconnaissance, mais maintenant, il pilote l’avion tandis qu’un observateur s’occupe de la reconnaissance. Il se démarque tant et si bien qu’une première barrette est ajoutée à sa Croix militaire.

Barker à bord de son Sopwith « Camel », un avion de 28e Escadron
Barker à bord de son Sopwith « Camel », un avion du 28e Escadron
© Bilbiothèque et Archives Canada / PA-118321
En septembre 1917, Barker, devenu pilote de chasse, entre dans les rangs du 28e Escadron du RFC et en un an, il abat une cinquantaine d’appareils ennemis. Il reçoit cinq décorations britanniques, dont l’Ordre du service distingué (DSO) avec barrette, ainsi que la Croix de guerre décernée par la division de l’armée française stationnée en Italie et la médaille d’argent de vaillance militaire (Italie) portant l’inscription « protecteur de l’espace aérien ». Il obtient aussi la Croix de Victoria après avoir livré une dernière bataille aérienne, certainement la plus spectaculaire de toutes.

Le 27 octobre 1918, à bord de son Sopwith Snipe, un avion de chasse monoplace, Barker part à la recherche d’appareils ennemis le long du front de l’Ouest. Tôt le matin, il repère un avion allemand solitaire qu’il attaque et abat. Aussitôt, des appareils ennemis le prennent en chasse. La bataille prend fin lorsque Barker, blessé à trois reprises, atterrit en catastrophe en territoire allié après avoir fait tomber trois autres avions. Pendant plusieurs mois, il reste au sol à cause de ses blessures, ce qui l’empêche d’être au combat durant les deux dernières semaines de la guerre.

Le lieutenant-colonel William George 'Billy' Barker, V.C., un des as de guerre canadiens les plus décorés, est une personne d'importance historique nationale.

Date de modification :