Cette semaine en histoire

Archives

Le grand ministère de Louis-Hippolyte LaFontaine

Semaine du lundi le 1er octobre 2007

Louis-Hippolyte LaFontaine naît à Boucherville, au Bas-Canada le 4 octobre 1807. Il deviendra le premier premier ministre de la province du Canada, le premier Canadien français élu pour représenter les aspirations nationales des Canadiens français et le père de la démocratie parlementaire en Amérique du Nord britannique.

Sir Louis Hippolyte LaFontaine par June F. McCormack
© Collection d'œuvres d'art du gouvernement de l'Ontario, 693209

Membre de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada dès 1830, Louis-Hippolyte LaFontaine appuie résolument la campagne des Patriotes en faveur d’un gouvernement responsable, et ce, jusqu’au début de 1837, lorsqu’il se retire du camp de Papineau parce qu’on y recourt à la violence. Il en est venu à croire que le Canada français pourra atteindre plus facilement ses buts à l’intérieur du régime parlementaire britannique. En 1840, comme le Canada français est vigoureusement opposé à l’Acte d’Union, Louis-Hippolyte LaFontaine tente de convaincre ses compatriotes qu’en s’unissant aux réformistes du Haut-Canada de Robert Baldwin et en collaborant avec eux, ils pourraient dominer la Chambre d’assemblée et établir le gouvernement responsable. Robert Baldwin apaise quelque peu la méfiance des Canadiens français lorsqu’il cède, en 1841, son comté de York (il détenait deux sièges) à Louis-Hippolyte LaFontaine, pour qui il fait campagne, assurant ainsi au Canada français une représentation adéquate à l’Assemblée.

Pendant huit ans, Robert Baldwin et Louis-Hippolyte LaFontaine travaillent très fort ensemble pour la réforme et, en 1848, lors de l’élection générale, ils obtiennent la majorité à la Chambre d’assemblée. Le nouveau gouverneur général, lord Elgin, accepte que l'alliance réformiste majoritaire forme le gouvernement et se dit prêt à recevoir ses conseils. Le fait que lord Elgin souscrive à un gouvernement responsable permet à Louis-Hippolyte LaFontaine de devenir le premier premier ministre de la province du Canada. 

The burning of Parliament in 1849, attribué à Joseph Légaré
© Musée McCord d'histoire canadienne, M11588

De 1848 à 1851, le « grand ministère » de Louis-Hippolyte LaFontaine fait adopter des lois qui jettent les fondements de l’état canadien moderne. Il crée un système d’écoles publiques ainsi que des universités publiques, met en place une fonction publique officielle, amorce les premières lois du travail, réorganise les administrations municipales, le pouvoir judiciaire et la poste et met fin au système seigneurial. Louis-Hippolyte LaFontaine est surtout rattaché au Bill des pertes de la rébellion de 1849 qui, selon lui, allait définitivement soulager l’amertume des Canadiens français à l’endroit de la rébellion de 1837. Malheureusement, des représentants furieux de la classe commerciale de Montréal déclenchent une émeute, brûlent le Parlement et tentent de tuer lord Elgin, Louis-Hippolyte LaFontaine et Robert Baldwin. Toujours opposé à la violence, le cabinet décide calmement et consciemment de ne pas faire appel à l’armée pour réprimer l’émeute, afin de préserver l’unité de la réforme anglo-française, sur laquelle se fondent sir John A. Macdonald et sir George-Étienne Cartier pendant les délibérations qui mènent à la fédération canadienne.

En raison de son rôle comme réformiste et parce qu’il a été l’un des principaux artisans du gouvernement responsable au Canada, Louis-Hippolyte LaFontaine a été désigné personne d’importance historique nationale en 1937.


Date de modification :