Cette semaine en histoire

Archives

Un Mohawk réussit dans le monde victorien

Semaine du lundi le 6 août 2007

Le 10 août 1841 marque la naissance d’Oronhyatekha, un médecin, philanthrope et premier chef forestier suprême de l’Independent Order of Foresters (IOF), une société mutualiste. Oronhyatekha naît sur la réserve des Six-Nations près de Brantford (Ontario). C'est là qu'il débute son éducation, mais elle se poursuit au Massachusetts et en Ohio. Lors du passage du prince de Galles au Canada en 1860, Oronhyatekha est invité à Oxford où il étudie pendant un semestre. De retour au pays, il poursuit ses études en médecine à l’Université de Toronto puis à la Toronto School of Medicine. Il devient, en 1867, le premier représentant des Premières nations à pouvoir pratiquer la médecine au Canada. Il est très fier de son identité et de sa langue Mohawk qu’il s’engage à promouvoir tout au long de sa vie.

La fenêtre commémorative en vitrail offerte à la Chapelle Royale Christ-Church par la famille d
La fenêtre commémorative en vitrail offerte à la Chapelle Royale Christ-Church par la famille d'Oronhyatekha
© Parcs Canada / Leslie Maitland / 1995
Oronhyatekha s'intéresse aux sociétés mutualistes, aux organisations de tempérance et aux sociétés maçonniques, très populaires à l’époque. En février 1878, il est accepté au sein de l’IOF en dépit de sa constitution qui n’accepte que « les hommes de race blanche ». L’IOF avait été créé en Angleterre pour aider les familles à couvrir les frais funéraires de ses membres. Le principe de ce type d’organisation était d’aider les plus démunis et de leur offrir une protection en créant un fonds alimenté par la mise en commun des ressources des cotisants.

Une scission se produit au sein de l’IOF en 1881 et Oronhyatekha se met à la tête du mouvement antiscissionniste. Il reconstitue l’IOF en juin 1881 et en devient le chef forestier suprême. Il s’empresse de remanier la constitution de cette société pour la rendre plus rentable. Il réduit les primes pour permettre à un plus grand nombre de personnes d’y adhérer en plus de recruter intensément de nouveaux membres. Dès 1882, il se bat pour l’adhésion des femmes à la société, mais celles-ci n’obtiendront ce droit qu’en 1898. Son expérience de la publicité lui permet d’assurer une grande visibilité à l’IOF. Par exemple, en 1897, il déménage le siège social du mouvement à Toronto où il fait construire le Temple Building, qui est alors le plus haut édifice de l’Empire britannique. En 1891, l’IOF offre une gamme de produits comprenant notamment un régime de retraite, des prestations hebdomadaires de maladie, un assurance-vie et des indemnités pour les frais funéraires.

Le Temple Building à Toronto
Le Temple Building à Toronto
© Bibliothèque et Archives Canada / PA-028964
Oronhyatekha réussit à faire de l’IOF l’organisation mutuelle la plus rentable au monde. Même les compagnies d’assurance traditionnelles ne pouvaient lui faire concurrence! Il est devenu la preuve vivante qu’un Mohawk pouvait briller dans le monde victorien. Oronhyatekha a été désigné personne d’importance historique nationale en 2001. Il est enterré à la Chapelle Royale Christ-Church, désigné lieu d’importance historique nationale en 1995, qui se trouve dans la réserve Mohawk de Tyendinaga.

Date de modification :