Cette semaine en histoire

Archives

L'« historien national »

Semaine du lundi le 16 juillet 2007

Le 19 juillet 1844, François-Xavier Garneau est nommé greffier de la ville de Québec. Garneau naît le 15 juin 1809 à Québec, fils de parents ouvriers. Il fréquente l'école, mais ne peut faire d'études classiques faute de moyens financiers. C’est alors qu’il entre au service du philanthrope Jean-François Perreault. Cet emploi lui permet de poursuivre son instruction grâce à l’importante bibliothèque et aux enseignements de Perrault.

François-Xavier Garneau
François-Xavier Garneau
© Bibliothèque et Archives Canada/1933-282-1
En dépit d'une prédilection pour l’histoire et la poésie, Garneau choisit la profession de notaire que lui enseigne Archibald Campbell. La fréquentation de cet homme lui donne la chance inouïe de faire un voyage aux États-Unis et dans le Haut-Canada. En 1831, Garneau arrive à Londres à titre de secrétaire de Denis-Benjamin Viger, un député de la Chambre d'assemblée envoyé se rapporter à l’office des colonies. Là, Garneau se familiarise avec les politiques britanniques et canadiennes.

De retour à Québec en 1833, il publie plusieurs poèmes dans les journaux (il publie par contre sa première oeuvre dès 1831). Il se marie en 1835 et les obligations financières associées à l’établissement d’un ménage le contraignent à travailler comme notaire et caissier. Cependant, les événements de 1837 et le projet d’union du Haut et du Bas Canada réveillent sa vocation d’historien. Il s’oppose à l’Acte d’Union, puisqu’il craint pour l’avenir de la nation canadienne-française. La conclusion de lord Durham, selon laquelle les Canadiens sont un « peuple sans histoire ni littérature », pique au vif sa fibre patriotique.

Le premier volume de l’Histoire du Canada, édition de 1882
Le premier volume de l’Histoire du Canada
© Garneau, François-Xavier, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, Montréal, Beauchemin & Valois, 1882, Université d’Ottawa.
Garneau obtient un poste de traducteur à l’Assemblée législative, ce qui lui permet d’avoir accès à l’importante bibliothèque du Parlement. Il fait paraître en 1843 son premier article à caractère historique portant sur les voyages de Jacques Cartier. Cet article annonce la publication en 1845 du premier volume de l’Histoire du Canada, l’œuvre maîtresse de Garneau. Ce premier tome se concentre sur les origines de la Nouvelle-France jusqu’à 1701. Garneau publie en 1846 le deuxième volume qui porte sur la période de 1683 à 1775 et qui traite aussi de la Louisiane et de l’Acadie. En 1849, il publie le troisième et dernier tome, qui couvre les années 1775 à 1792. Dans sa deuxième édition de 1852, il prolonge sa narration jusqu’en 1840.

La renommée grandissante de Garneau lui ouvre de nouvelles bibliothèques au Québec comme à l’étranger. Armé de ces nouvelles connaissances, il entreprend de peaufiner son Histoire du Canada à trois reprises. Cet ouvrage titanesque lui confère le titre d’« historien national ». François-Xavier Garneau a été nommé personne d’importance historique nationale en 1937.

Date de modification :