Cette semaine en histoire

Archives

La construction du canal Rideau

Cette histoire est parue à l'origine en 2002

Le 24 mai 1832, le lieutenant-colonel John By inaugure officiellement le canal Rideau. Constitué de 47 écluses et de 52 barrages, cet ouvrage exceptionnel relie la rivière des Outaouais et Kingston, sur le lac Ontario.

Lt.-col. By regarde la construction du canal Rideau, 1826

Lt.-col. By regarde la construction du canal Rideau, 1826
© BAC / 1972-26-795

À la fin de la guerre de 1812, l'absence d'une voie d'approvisionnement militaire sécuritaire vers le Haut-Canada (aujourd'hui, l'Ontario) est évidente. Les Américains ayant menacé le Saint-Laurent, on suggère de construire un canal à l'intérieur des terres. Ce n'est toutefois qu'en 1825, dans un rapport sur les défenses de l'Amérique du Nord britannique, qu'une commission formée de membres des British Royal Engineers recommande la construction du canal Rideau.

Le lieutenant-colonel John By arrive dans la région en 1826 et entreprend d'arpenter le tracé du canal. Comme il souhaite que le canal puisse accommoder de petits navires de guerre à vapeur, il se rend compte que les écluses devront être plus grandes que ce qui avait été prévu à l'origine. Le Trésor britannique refusant de dépenser davantage, By n'obtiendra l'autorisation requise qu'en 1828.

Pour construire le canal, By doit surmonter un obstacle de taille : 202 km de rivières, de lacs et de ruisseaux coulant dans toutes les directions et à des élévations différentes dans une région sauvage, densément boisée et presque entièrement inhabitée. En outre, il doit compter uniquement, ou presque, sur le travail manuel des 5 000 hommes engagés pour les travaux. Plusieurs entrepreneurs ont une longue expérience de la maçonnerie et de l'excavation, mais d'autres sont peu fiables et manquent d'expérience, ce qui cause des retards coûteux. Toutefois, grâce à une technique innovatrice — l'emploi de hauts barrages pour rendre les rivières navigables et minimiser les travaux d'excavation dans la roche — By finit par construire le canal.

Les écluses de Kingston Mills, canal Rideau

Les écluses de Kingston Mills, canal Rideau
© BAC / 1979-12-23 / M. R.W. Henwood, Montréal

Peu après, By retourne en Angleterre où il s'attend à être félicité de son travail. À la place, le Trésor britannique lui reproche l'argent dépensé. Un By offusqué est accusé de malversation et de désobéissance aux ordres. En privé, ses supérieurs l'appuient, mais en public, ils gardent le silence. À sa mort, en 1834, By est un homme déçu.

Le canal Rideau demeure une importante artère commerciale jusqu'en 1849, date de la construction d'écluses profondes dans le Saint-Laurent. Au plan militaire, il perd son importance quand la menace américaine disparaît, mais des vapeurs transportant passagers et marchandises continuent de desservir les collectivités locales jusque dans les années 1930. Par la suite, avec le développement des réseaux routier et ferroviaire, le canal n'accueille plus que des navires de plaisance et des canots.

Bien qu'il n'ait jamais obtenu la reconnaissance méritée dans son pays, au Canada, le lieutenant-colonel John By est une personne d'importance historique nationale. Le Canal-Rideau est un lieu historique national du Canada.

Pour plus d'information, visitez le site Web du lieu historique national du Canal-Rideau.

Date de modification :