Cette semaine en histoire

Archives

De Trois-Rivières à Boucherville

Semaine du lundi le 16 avril 2007

Pierre Boucher s’éteint dans sa seigneurie de Boucherville le 19 avril 1717, à l’âge de 95 ans. Arrivé de France en 1634 à l’âge de 12 ans, avec ses parents, il est l’aîné d’une famille de douze enfants. Comme plusieurs autres familles de la Perche, sa famille a été recrutée par Robert Giffard pour participer à la colonisation de la Nouvelle-France.

Pierre Boucher
Pierre Boucher
© Bibliothèque et Archives Canada / C-001889
Pierre Boucher est d’abord employé par les Jésuites. Puis, pendant quatre ans, il sillonne la Huronie en compagnie des missionnaires, qui lui inculquent une certaine éducation. Il y apprend aussi les coutumes et les langues des Premières nations. Ses connaissances constituent un atout précieux pour le gouverneur Montmagny et lui permettent d’entrer à son service en 1641, en tant qu’interprète. Cette fonction lui donne la chance de voyager beaucoup entre Québec, Trois-Rivières et le nouveau poste de Ville-Marie en plus de s’illustrer lors de batailles contre les Iroquois et de participer à des négociations.

Il obtient son premier poste officiel en 1649 lorsqu’il devient commis en chef du gouverneur Ailleboust. Les Iroquois sont alors une menace constante pour le jeune bourg de Trois-Rivières qui a besoin d’un chef pour se défendre. Boucher est chargé de fortifier la ville, qui sera assiégée en 1653 par quelque 600 Iroquois.  Avec seulement une quarantaine d'hommes pour la protéger, Boucher réussit à sauvegarder la ville et est promu commandant en chef avant d'être nommé gouverneur de Trois-Rivières en 1654.

La villa La Broquerie à Boucherville, qui a déjà été attribuée à Pierre Boucher
La villa La Broquerie à Boucherville, qui a déjà été attribuée à Pierre Boucher
© Vieux manoirs Vieilles Maisons / Bibliothèque et Archives Canada
Choisi pour aller en France convaincre les autorités du bien-fondé de la colonie et du besoin de renforts, Boucher est reçu par le roi Louis XIV. Il  persuade le monarque d’aider la Nouvelle-France et suscite chez les personnes les plus influentes de la mère-patrie, un nouvel intérêt pour la colonie. De retour dans la colonie, il écrit Histoire véritable et naturelle de la Nouvelle-France vulgairement dite le Canada qui est publiée à Paris et dédiée à Jean-Baptiste Colbert, le fondateur de la Compagnie des Indes Occidentales Françaises. Cet écrit de propagande présentant la vie au Canada a pour effet, entre autres, d'attirer en sol canadien l’intendant Jean Talon et des troupes du régiment de Carignan-Salières, ce qui aura un impact important sur l’essor de la colonie.

Boucher reprend sa fonction de gouverneur jusqu’en 1667, puis se retire dans sa seigneurie de Boucherville avec sa famille. Il souhaite offrir une bonne qualité de vie aux colons et à ses 15 enfants. Pour les services qu’il a rendus à la colonie naissante, Pierre Boucher a été désigné personne d’importance historique nationale en 1978.

Date de modification :