Cette semaine en histoire

Archives

Une seconde « dernière bataille »

Semaine du lundi le 23 avril 2007

Le 24 avril 1885, Gabriel Dumont et un groupe de Métis défont l’armée du major-général F. D. Middleton à Fish Creek, connu localement sous le nom de la coulée des Tourond, dans ce qui est aujourd’hui la province de la Saskatchewan. En dépit de la supériorité numérique de leur adversaire, Dumont et les Métis obligent Middleton à battre en retraite après une journée de combats intenses.

Gabriel Dumont
Gabriel Dumont
© Duffin & Co. / Bibliothèque et Archives Canada / PA-117943
En 1870, les Métis de l’établissement de la rivière Rouge sont en désaccord avec le gouvernement fédéral au sujet des intérêts fonciers et beaucoup décident de déménager plus à l’ouest, dans ce qui est aujourd’hui la Saskatchewan. Dès le milieu des années 1880, ils ont rebâti une communauté dont Batoche est le centre. Cependant, des problèmes similaires surgissent bientôt avec le gouvernement qui refuse d’emblée de reconnaître leurs revendications foncières. Cette situation mène à la mise en place d’un gouvernement provisoire dirigé par Louis Riel. Gabriel Dumont, un leader respecté de la communauté, en devient le chef militaire.

Ottawa réagit en dépêchant un grand nombre de soldats et de miliciens sous les ordres du major-général F. D. Middleton. Arrivés à Qu’Appelle par train le 10 avril, ils se mettent en marche en direction nord, vers la place-forte métisse de Batoche. Il s’ensuit une série de batailles opposant les troupes de Middleton aux Métis et aux Premières nations.

Bien décidé à empêcher l’armée d’attaquer Batoche, Dumont décide de dresser une embuscade à la coulée des Tourond, à 27 kilomètres environ du village. Il ne peut compter sur l’élément de surprise et les hommes de Middleton l’attendent de pied ferme. La bataille commence tôt le matin et, bien que les hommes de Middleton soient beaucoup plus nombreux, les Métis parviennent à tenir leur position jusqu’à la tombée de la nuit en utilisant à leur avantage la topographie et les techniques de chasse du bison. Cependant, lorsque les munitions commencent à manquer, les hommes de Middleton tentent de briser les lignes métisses.

Officiers de la batterie « A », milice canadienne, 1885
Officiers de la batterie « A », milice canadienne, 1885
© Glenbow Archives / NA-363-1
Le frère de Dumont arrive alors de Batoche avec des renforts, des munitions et des chevaux. Il lance une charge de cavalerie contre les troupes de Middleton qu’il force à battre en retraite. Les pertes sont nombreuses du côté des troupes gouvernementales qui voient leur avance sur Batoche stoppée jusqu’à l’arrivée de renforts d’Ottawa.

La bataille de Fish Creek n’apporte qu’un bref répit. Quelques semaines plus tard, Middleton et ses troupes ont raison des Métis à Batoche, ce qui oblige Dumont à s’enfuir aux États-Unis et conduira plus tard à la pendaison de Louis Riel.

Le site des batailles de Fish Creek et Batoche ont été désignés des lieux historiques nationaux en 1923. Gabriel Dumont a été désigné personne d’importance historique nationale en 1981.

Pour en savoir plus sur Batoche, consultez les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :