Cette semaine en histoire

Archives

Le pasteur de Pictou : enseigner avec humour

Semaine du lundi le 18 décembre 2006

Le 22 décembre 1821, l'Acadian Register de Halifax publie une lettre satirique de Mephibosheth Stepsure, la première d’une série de vingt-deux. Mephibosheth – exterminateur de la honte – est le pseudonyme du révérend Thomas McCulloch, ministre presbytérien, enseignant, administrateur, naturaliste et auteur vivant à Pictou, en Nouvelle-Écosse.

Thomas McCulloch, par Sir Daniel Macnee, 1845
© Province de la Nouvelle-Écosse

Écossais d’origine, le révérend McCulloch étudie la logique, les langues, la médecine, l’histoire et la politique à l’Université de Glasgow avant d’opter pour le sacerdoce. Diplômé en 1803 de Divinity Hall, à Whitburn, il part avec toute sa famille pour l’Île-du-Prince-Édouard, où il doit exercer son ministère. À cause d’une tempête, il se retrouve coincé à Pictou, et les habitants de l’endroit le convainquent de rester; il deviendra en juin 1804 le premier pasteur de Harbour Church.

L'Académie de Pictou, 1817 (PCA #G-1357-FC)
© The Presbyterian Church in Canada
McCulloch est un ardent défenseur du libéralisme en Nouvelle-Écosse; réformiste, il se bat contre les autorités coloniales pour le financement des écoles. En 1806, il ouvre la première école primaire non confessionnelle de la province, et cofonde en 1816 l’Académie de Pictou. Il enseigne à l’Académie et la dirige jusqu’en 1838; il devient ensuite le premier président de l’Université Dalhousie où il enseigne la logique, la rhétorique et la philosophie. Pour lui, une formation complète doit porter sur les grands classiques aussi bien que sur les mathématiques et les sciences physiques. Il cherche à susciter chez ses élèves le goût d’apprendre. Pour McCulloch, toutes les communautés protestantes peuvent récolter les bénéfices d’une éducation chrétienne au sein d’un seul et même système interconfessionnel.

Dans Letters of Mephibosheth Stepsure, son œuvre littéraire la plus célèbre, Thomas McCulloch tente avec humour de convaincre ses voisins d’améliorer leur mode de vie. Il prône les vertus de la frugalité, de l’éducation libérale, du service communautaire et de la vie familiale.

L'Académie de Pictou (troisième bâtiment, 1895-1938)
© Fourni par Pictou County GenWeb
Les étudiants de l’Académie de Pictou sont récompensés uniquement pour leurs résultats, et non en fonction de leur statut social: une première dans la culture britannique de l’Amérique du Nord. Le programme d’éducation est exhaustif et garantit aux diplômés une préparation adéquate au monde compétitif qui les attend. Après leur entrevue d’admission à l’Université de Glasgow, plusieurs d’entre eux obtiennent d’ailleurs immédiatement un diplôme de maître ès arts.

En raison de sa contribution au système d’éducation de la Nouvelle-Écosse, de son influence sur les perceptions et la vie intellectuelle de ses étudiants – futurs avocats, hommes d’affaires, universitaires, pasteurs, professeurs ou scientifiques – et de son œuvre littéraire (on dit de lui qu’il est à l’origine de « l’humour typiquement canadien »), Thomas McCulloch a été désigné personne d’importance historique en 1959. L’Académie de Pictou a été désignée lieu historique national en 1937.


Date de modification :