Cette semaine en histoire

Archives

Un lion dans la jungle de Vancouver

Semaine du lundi le 6 novembre 2006

Le 12 novembre 1938, les piétons peuvent emprunter le pont Lions Gate, à l’origine du développement des nouvelles banlieues de North Vancouver et de West Vancouver. Ce pont enjambe le Burrard Inlet et relie la péninsule du parc Stanley, un secteur densément boisé, à la rive nord de Vancouver, au paysage escarpé. La construction de ce pont est une bénédiction pour les Vancouvérois qui, comme l’ensemble des Canadiens, sont aux prises avec les graves problèmes de chômage de la Grande dépression des années 1930.

Le pont Lions Gate, notez la finesse du tablier
Le pont Lions Gate, au tablier fin
© Parcs Canada / Judith Dufresne

La planification du pont Lions Gate commence véritablement en 1930, lorsque l’ingénieur et homme d’affaires Alfred James Towle Taylor se rend compte du potentiel de West Vancouver, où il a conçu un projet de développement immobilier. Le pont du Second Narrows ne peut répondre au besoin d’expansion des nouvelles banlieues. Ne disposant pas des fonds nécessaires à un projet aussi imposant, Taylor sollicite la participation de la famille Guinness, qui décide alors d’acheter de nombreuses terres dans le secteur. Au départ, le pont devait traverser le parc Stanley, premier parc public de Vancouver. Les Vancouvérois jugent inacceptable qu’une grande artère traverse leur parc et s’opposent, par voie de référendum, à la construction du pont. Toutefois, les graves problèmes de chômage de la Grande dépression amènent les gens à s’ouvrir au projet, qui permettrait de créer des emplois pour les chômeurs.

Les Lions de style Art déco gardant l
Les lions de style Art déco gardant l'entrée du pont
© Parcs Canada / Judith Dufresne
Les plans du pont sont dessinés par la firme Monsarrat & Pratley de Montréal et sa construction débute le 31 mars 1937. Les premières automobiles y circulent le 14 novembre 1938. Le pont doit son nom aux deux pics enneigés appelés « Les Lions », qui protègent l’entrée des Narrows. Deux gros lions de style Art déco sont postés de part et d'autre de l'entrée de l’esplanade du parc Stanley; réalisés par Charles Marega, ils s’intègrent au cadre naturel.

À l’origine, le pont comporte deux larges voies de circulation, ce qui s’avère insuffisant dès la première année, puisque 2 800 véhicules l’empruntent tous les jours. En 1954, on en fait un pont à trois voies. Durant les années 1990, le piètre état du pont et le fait qu’il ne peut accommoder la circulation croissante obligent la ville à envisager son remplacement. Les Vancouvérois manifestent alors leur attachement à ce qui est devenu un symbole canadien et refusent qu’une nouvelle structure remplace le pont Lions Gate. Des travaux d’élargissement du tablier et de repavage sont exécutés de septembre 2000 à septembre 2001, mais le pont ne compte encore que trois voies.

Considéré comme l’un des plus beaux ponts suspendus du monde et le plus long, à l’extérieur des États-Unis, le pont Lions Gate, cet ouvrage d’ingénierie qui met en valeur le savoir-faire canadien est aussi un symbole de la ville de Vancouver. Sujet de controverse à ses débuts, le Lions Gate fait maintenant partie du décor des Vancouvérois, qui préfèrent endurer une circulation lente plutôt que de le remplacer.

Date de modification :