Cette semaine en histoire

Archives

La Canadian Woman's Christian Temperance Union

Semaine du lundi le 2 janvier 2006

Letitia Youmans naît le 3 janvier 1827, près de Cobourg, en Ontario. Le 19e siècle est une époque de changements rapides et de grande insécurité. Le déplacement des gens et des emplois de la campagne vers la ville, de même qu’une vie publique de plus en plus laïque, suscitent des craintes quant à la survie de la famille traditionnelle. C’est dans ce contexte que Letitia Youmans fait campagne contre les maux de la société de son temps.

Letitia Youmans (1827-1896)
© www.heroines.ca
Élevée dans la tradition méthodiste et éduquée à la Burlington Ladies’ Academy, Letitia Creighton est enseignante avant d’épouser le veuf Arthur Youmans en 1850. Devenue la belle-mère de ses huit enfants, elle s’active dans la collectivité et notamment à l’école du dimanche. En 1874, elle assiste à l’assemblée de Chautauqua aux États-Unis et, sous l’inspiration de l’activiste américaine Frances Willard, elle décide de jouer un rôle prépondérant au sein du mouvement de tempérance. Ce dernier s’inquiète de la moralité sexuelle en pleine mutation et des « habitudes destructrices » des hommes qui, s’adonnant au tabac, au jeu et surtout à l’alcool, en viennent souvent à commettre des actes de violence à l’endroit des femmes et des enfants.

À son retour de Chautauqua, Letitia Youmans crée une Woman’s Christian Temperance Union (WCTU) locale à Picton, en Ontario et, en 1877, elle fonde la WCTU de la province de l’Ontario. Composée d’unions locales, la WCTU provinciale est une organisation populaire qui attire surtout les femmes de la classe moyenne vivant dans de petites villes. Les unions locales aident la collectivité de bien des façons, tantôt fournissant des vêtements, de la literie et de la nourriture aux nécessiteux, tantôt commanditant le travail des missionnaires auprès des Autochtones. Leurs membres se réunissent régulièrement dans les églises et préconisent des mesures éducatives, philanthropiques et religieuses comme voies du changement. La WCTU du Dominion (WCTU canadienne), fondée par Letitia Youmans en 1885, est beaucoup plus politisée. Elle encourage les femmes à voter à l’échelle municipale et à faire partie des commissions scolaires. En 1896, la WCTU du Dominion se déclare officiellement en faveur du suffrage universel des femmes au fédéral, tout en continuant d’appuyer la prohibition et la scolarisation. 

Tapisserie de la WCTU d`Ontario
© Textile Museum of Canada

Quand Letitia Youmans meurt en 1896, aucun des grands objectifs de son groupe n’a été atteint. Cependant, la WCTU, qui compte alors 10 000 membres, continue d’exercer des pressions en faveur de ses nombreuses causes. À la fin de la Première Guerre mondiale, elle a contribué à instaurer la prohibition dans tout le Dominion. Elle a appuyé le suffrage des femmes au Canada, qui leur a été accordé en 1918 dans le cadre de la Loi ayant pour objet de conférer le droit de suffrage aux femmes. De plus la WCTU a fondé des foyers pour les femmes et les enfants abandonnés, aidé les femmes mariées à acquérir des droits de propriété et de garde, préconisé une forme d’éducation sexuelle et amplifié le rôle des femmes dans l’arène publique. C’est pour ces raisons que la fondation de la Canadian Woman’s Christian Temperance Union a été désignée événement d’importance historique nationale.

Date de modification :