Cette semaine en histoire

Archives

Le paradis d'Elsie Reford

Semaine du lundi le 16 janvier 2006

C’est le 22 janvier 1872 à Perth, en Ontario, que naît Elsie Meighen Reford, initiatrice des Jardins de Métis, qui bordent la rivière de Métis et le fleuve Saint-Laurent sur la péninsule gaspésienne du Québec. En plus d’y introduire des spécimens uniques au pays, elle y perfectionne pendant 33 ans cet art paysager qu’est le jardinage.

Elsie Reford dans l'Allée Royale, ca.1940
© Atelier Plein Soleil / Jardins de Métis

Elsie grandit à Montréal avant de finaliser ses études à Paris et à Dresden. Le 12 juin 1894, elle épouse Robert Wilson Reford. Convaincue de l’importance du rôle des femmes, elle est active dans la société montréalaise. De 1900 à 1912, elle dirige le « Montreal Maternity Hospital » avant de présider le « Women’s Canadian Club » jusqu’à 1913. Tissant des liens avec la communauté canadienne-française, elle participe à l’organisation des fêtes du tricentenaire de la fondation de Québec de 1908. Durant la Première Guerre mondiale, elle appuie l’effort de guerre comme traductrice.

Elsie découvre sa passion pour les fleurs dans la serre attenante à la résidence de son oncle George Stephen (Lord Mount Stephen), président de la Banque de Montréal et fondateur, en 1880, du Canadien Pacifique. Dès l’été 1902, ce dernier prête à sa nièce préférée son camp de pêche au saumon situé à Grand Métis. En 1918, elle en hérite officiellement et agrandit la villa Estevan, construite en 1887, pour la transformer en résidence de villégiature de 37 pièces.

Rocailles des Jardins de Métis
© Parcs Canada / Nathalie Clerk / 1994

À la suite d’une crise d’appendicite en 1926, son médecin lui suggère le jardinage comme douce alternative à la pêche. Elle entame ainsi l’aménagement du jardin et la supervision des travaux. Les conditions climatiques de l’écosystème y favorisent une croissance exceptionnelle. Audacieuse, Elsie introduit de nouvelles fleurs dans la région. L’importation des semences est facilitée par son mari, président de la « Robert Reford Company Ltd », une compagnie de transport maritime. Sa réussite la plus connue est l’implantation du pavot bleu d’Himalaya, jusqu’alors inconnu en Amérique du Nord.

Elle est en contact avec les meilleurs horticulteurs canadiens de l’époque qui partagent avec elle leurs connaissances et l’aident à s’approvisionner. En plus de tenir un journal de ses réalisations, elle publie ses expérimentations dans différentes revues spécialisées et devient une référence canadienne en la matière. Elsie décède le 8 novembre 1967 à Montréal.

Les Jardins de Métis regroupent quelque 3 000 espèces réparties sur plus de 9 hectares. Aménagés à l'anglaise, ils bénéficient d’un microclimat qui permet une diversification horticole sans précédent au pays. Ils ont été désignés lieu historique national en 1995.

Pour en apprendre davantage sur les Jardins de Métis et leur évolution, consulter le site Web à l'adresse suivante: http://collections.ic.gc.ca/metis/ .

Date de modification :