Cette semaine en histoire

Archives

Des trains aux aqueducs et à la renommée

Semaine du lundi le 31 octobre 2005

Fils de George et Jane Keefer, Thomas Coltrin Keefer voit le jour le 4 novembre 1821 à Thorold, dans le Haut-Canada. Nul ne sait alors qu’il sera l’un des plus grands ingénieurs civils de l’Amérique du Nord.

Thomas C. Keefer
©Bibliothèque et Archives Canada / PA-33463
Diplômé du Upper Canada College, Keefer passe directement de l’école à un travail de « terrassier » aux canaux Érié et Welland, où il fait l’apprentissage de la profession d’ingénieur civil. En 1849, on lui confie des études hydrauliques sur le fleuve Saint-Laurent, un travail qui lui permet d’acquérir des connaissances utiles. Toutefois, il ne manifeste pleinement sa valeur que dans l’étude que lui confient des marchands de Montréal persuadés que le chemin de fer est la clé du développement des régions. Cette étude, intitulée The Philosophy of Railroads (1850), connaît cinq éditions avant 1871.

La renommée de Keefer tient principalement à son rôle d’ingénieur des travaux publics, qu’il endosse en 1853 lorsqu’il devient ingénieur en chef du réseau d’aqueduc de Montréal. Comme la maladie se répand rapidement à cette époque où les conditions sanitaires laissent à désirer, la ville prétexte la nécessité de disposer d'eau propre pour demander à Keefer de lui construire un réseau d’alimentation en eau. Il dessine aussi des plans pour Halifax, Québec, Ottawa et surtout, Hamilton. En 1859, le réseau d’aqueduc de Hamilton est complété et la ville assiste à son inauguration par le prince de Galles en 1860.

Usine hydraulique de Hamilton
© Parcs Canada / HRS #740
Pour construire le réseau de Hamilton, Keefer se sert d’un bassin naturel pour recueillir l’eau du lac Ontario qui percole ensuite dans du sable jusqu’au puits de rabattement au bâtiment des machines. À l’exception des conduites principales, tout le réseau est de fabrication canadienne et reste en service jusqu’en 1929.

À la suite de son succès retentissant dans le domaine des travaux publics, Keefer est mis en candidature au titre de membre de l’American Society of Civil Engineers en 1877 et devient le premier Canadien à présider cette société en 1888. Entre-temps, il devient membre de la Société royale du Canada en 1881 et fonde la Société canadienne des ingénieurs en 1887. Cette dernière, qui existe toujours, se voue au respect des normes professionnelles sur les chantiers comme dans les facultés du génie.

Thomas Coltrin Keefer a joué un rôle majeur dans le développement d’un jeune pays et, des décennies plus tard, ses théories et ses réalisations relatives aux systèmes d’alimentation en eau sont encore reconnues pour leur ingéniosité. Les innovations de Keefer étaient très en avance sur leur temps et ne sont devenues la norme aux États-Unis que dans les années 1890. Son œuvre exceptionnelle résonne toujours dans les annales de sa profession. L'Usine hydraulique de Hamilton a été désigne lieu historique national.

Date de modification :