Cette semaine en histoire

Archives

Naissance du « Poète des Rocheuses »

Semaine du lundi le 3 octobre 2005

Né à Kirkjuholl, Skagafjordur, Islande, le 3 octobre 1853, Stephàn Gudmundsson Stephansson arrive au Canada en 1889. Il compte parmiles premiers Islandais venus coloniser l’Alberta et est le tout premier à connaître du succès comme céréaliculteur à Markerville (Alberta). Bien qu’il soit connu comme pionnier et comme fermier, il est surtout acclamé à titre de « poète des Rocheuses ».

Stephàn Gudmundsson Stephansson
Stephàn Gudmundsson Stephansson
© Glenbow Archives / NA-270-1

Au 19e siècle, l’Islande est secouée par une série d’éruptions volcaniques, d’inondations et d’épidémies. La famille Stephansson se joint donc aux vagues de colons islandais qui ont décidé d’immigrer au Wisconsin, aux États-Unis, pour échapper aux conditions qui sévissent dans leur pays. Arrivée au Wisconsin en 1873, la famille Stephansson repart bientôt pour le Dakota du Nord (1880), puis pour l’Alberta (1889).

Malgré son éloignement de l’Islande, Stephansson conserve sa culture toute sa vie grâce aux liens qu’il entretient avec la communauté islandaise locale. Au 19e siècle, les Islandais s’enorgueillissent d’avoir le taux d’alphabétisme le plus élevé au monde. Il n’est donc pas surprenant que Stephansson s’intéresse d’abord et avant tout à la littérature.

Stephansson se sert de la poésie pour exprimer ses vues philosophiques et politiques. La Première Guerre mondiale lui inspire certaines de ses œuvres les plus profondes, dans lesquelles il fait appel à un langage provocateur pour exprimer son pacifisme et son humanisme. En poésie, il compare les profiteurs de guerre à des porcs et les soldats, à des meurtriers. Vígslodi (1920) est un exemple de ses poésie contre la guerre.

Pourtant, Stephansson ne se limite pas à promouvoir la cause pacifiste. Pour lui, la poésie est une excellente façon d’explorer sa spiritualité. Jugeant impossible de prouver l’existence du dieu chrétien dans lequel il a appris à croire dans sa jeunesse, il suit sa propre voie. Sa décision de rejeter le christianisme est grandement influencée par un courant philosophique, le rationalisme occidental. Désormais, l’égalité des femmes dans tous les domaines fait partie de ses croyances et il associe l’ignorance au mal et l’auto-perfectionnement, au bien.

La maison Stephansson à son apparence de 1927.
La maison Stephansson à son apparence de 1927.
© Alberta Community Development
Le poète autodidacte est un auteur prolifique dans sa langue natale, l’islandais. Sa maîtrise de cette langue, qui lui permet de ciseler des satires mordantes et des poèmes empreints de réalisme, lui vaut de nombreuses louanges, au Canada comme en Islande.

Stephàn Gudmundsson Stephansson a été désigné personne d’importance historique nationale. Une plaque a été posée en son honneur en 1950. La maison où il a vécu à Markerville (Alberta) est un lieu historique provincial et un musée.

Date de modification :