Cette semaine en histoire

Archives

Du saumon en boîte

Semaine du lundi le 23 novembre 1998

Le 28 novembre 1888, la North Pacific Canning Company devient une entreprise à charte. Peu après, ses propriétaires construisent une conserverie à Port Edward, un petit village situé à 740 kilomètres (460 mi) au nord de Vancouver, Colombie-Britannique, à l'embouchure de la rivière Skeena.

À l'époque, on compte près de mille conserveries entre la rivière Sacramento, en Californie, et le fleuve Yukon, en Alaska! Plus de la moitié d'entre elles sont des entreprises rurales installées dans des régions isolées du nord de la Colombie-Britannique et de l'Alaska. C'est à elles que les familles du Canada et de la Grande-Bretagne doivent d'avoir du saumon.

Étiquette d'une conserve de la North Pacific

Étiquette d'une conserve de la North Pacific
© British Columbia Archives / I/BA/SCR I #42

Le chemin de fer Grand Tronc Pacifique n'atteindra la rivière Skeena qu'en 1914, établissant un lien commercial direct entre l'Est et l'Ouest. Avant cette date, la conserverie n'était accessible que par voie de mer. Provisions, matériel et travailleurs arrivaient par vapeur. Complètement isolées, la conserverie et ses annexes formaient une véritable communauté saisonnière autonome.

Tous les ans, de mai à septembre, la North Pacific employait 400 personnes de cultures diverses. Chaque groupe racial vivait séparément et travaillait dans des secteurs distincts. Parmi les tout premiers employés de la conserverie, les pêcheurs des Premières Nations jouaient un rôle très important. Ils amenaient leur famille avec eux et la compagnie engageait les femmes pour fabriquer et réparer les filets de pêche. Les pêcheurs louaient leurs filets de la compagnie. Alors que les Autochtones et les Japonais pêchaient, les Chinois travaillaient surtout à l'intérieur, nettoyant le saumon avant de le mettre en conserve.

Bateaux de pêche sur la rivière Skeena

Bateaux de pêche sur la rivière Skeena
© British Columbia Archives / I/BA/SCR I #42

La main-d'oeuvre asiatique était embauchée en vertu des systèmes contractuels chinois et japonais aux termes desquels un «patron» chinois ou japonais fournissait le gîte et le couvert aux travailleurs et négociait le prix de leur contrat. Les «patrons» de pêche japonais s'engageaient à fournir du poisson à la conserverie à un prix convenu la livre. Les «patrons» chinois, eux, s'engageaient à emballer les caisses de saumon à un prix convenu la caisse. La division du travail et des logements changea après que le gouvernement eut interné les Japonais en 1942 et après que la United Fishermen and Allied Workers Union eut syndiqué les travailleurs de l'usine en 1945.

Après avoir connu quatre propriétaires, la North Pacific ferma ses portes en 1981. En 1985, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a reconnu la North Pacific Cannery en tant que lieu historique national. Exceptionnellement bien préservée, la conserverie a été convertie en musée ouvert au public.

Date de modification :