Cette semaine en histoire

Archives

La terre promise de Philemon Wright!

Semaine du lundi le 8 août 2005

Le 12 août 1796, Philemon Wright, originaire de Woburn (Massachusetts), fait l’acquisition de la moitié des cantons de Hull, Ripon, Grandison et Harrington pour la somme de 600 livres. Marchand de bois et fermier, il fonde le premier établissement agricole dans la vallée de l’Outaouais, située dans le Bas-Canada. Il est considéré comme l’un des fondateurs de la région. Cet établissement, connu à l’origine sous le nom de Wrightstown, devient la ville de Hull puis tout récemment la ville fusionnée de Gatineau, qui joue un rôle majeur dans la région de la capitale nationale.

Philemon Wright
Portrait de Philémon Wright (huile sur toile)
© Bibliothèque et Archives Canada / 1946-156-1
Philemon Wright s’initie à l’agriculture à Woburn, où il est né et a grandi. Accompagné de 37 pionniers, il gagne, en 1800, le Bas-Canada où il signe un acte définitif de cession de 33 184 hectares en 1806. Il tente de concrétiser sa vision d’une nouvelle société fondée sur l’agriculture, croyant en l’effet stabilisateur de cette activité sur la vie économique. Il a en tête de nombreux projets : la culture de la pomme de terre, du blé et du chanvre, l’élevage d’animaux divers et, plus important encore, le commerce du bois d’œuvre.

Le commerce du bois d’œuvre devient le moteur économique du canton de Hull lorsque la Grande-Bretagne délaisse les ressources forestières européennes pour se tourner vers celles du Bas-Canada. La signature du décret de Berlin par Napoléon en 1806 a pour effet essentiellement de faire cesser les expéditions vers la Grande-Bretagne de marchandises provenant des ports sous le contrôle de l’Empereur. 

Moulin et taverne
Vue du moulin et de la taverne de Philemon Wright sur la rivière des Outaouais, au Bas-Canada (gouache sur vélin)
© Bibliothèque et Archives Canada / 1989-402-1

Philemon Wright joue un rôle important et respecté dans le développement de la région. Il invente un système permettant au bois de contourner les chutes d’eau et les rapides sans être endommagé, appelé la Glissoire de Hull. Il met également sur pied une briqueterie et une cimenterie. Il contribue ensuite à la construction du canal Rideau et, en 1832, il fait construire un palais de justice et une prison à Hull.

Wright a également un intérêt pour la politique et la fonction publique : il représente le grand voyer de la province (commissaire des routes en chef); il est nommé juge de paix par le gouverneur en 1806 et, deux ans plus tard, capitaine du bataillon de la milice d’Argenteuil. En 1830, il est élu député à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada et représente la circonscription d’Ottawa.

Philemon Wright s’éteint à Hull le 3 juin 1839. Ce sont ses fils et beaux-fils qui prennent en charge l’entreprise familiale. Philemon Wright et son importante innovation technique, la Glissoire de Hull, sont désignés respectivement personne et événement d’importance historique nationale en 1976. En 2000, on dévoile une plaque commémorative à Hull (maintenant Gatineau) lui rendant hommage.

Date de modification :