Cette semaine en histoire

Archives

Alfred Joseph Casson : le benjamin du Groupe des sept

Semaine du lundi le 16 mai 2005

A.J. Casson naît à Toronto, en Ontario, le 17 mai 1898. Tout au long sa vie, son ardeur au travail en fera l’un des peintres canadiens les plus acclamés et un artiste commercial de renom.

Victoria Bond
Donnez nous les outils et nous finirons la tâche - Il faut en finir!
© Bibliothèque et Archives Canada / 1983-30-585
Casson s’intéresse à l’art dès son plus jeune âge. Il n’a que 14 ans lorsque son professeur, reconnaissant son talent, lui confie le cours de dessin. Quand il voit les tableaux du Groupe des sept pour la première fois, à Toronto, il est particulièrement impressionné par les œuvres d’A.Y. Jackson et d’Arthur Lismer. Dans son choix de carrière, Casson opte pourtant pour l’art commercial plutôt que pour les beaux-arts. Il devient l’assistant de Franklin Carmichael, un artiste commercial qui fait également partie du Groupe des sept. Ses rapports avec Carmichael ont une grande influence sur son œuvre. Tous deux préfèrent l’aquarelle et créent des œuvres commerciales dont le style présente des similitudes. Ensemble, ils fondent la Canadian Society of Painters in Watercolour en 1925. C’est Carmichael qui présente Casson aux membres du Groupe des sept.

Dans les années 1920, Casson rencontre à l’occasion le Groupe au Toronto’s Arts and Letters Club. En 1926, il se joint officiellement au Groupe, en remplacement d’un membre sortant. Alors que le Groupe se concentre sur les paysages septentrionaux, Casson s’intéresse aux villages du sud de l’Ontario dans les années 1920 et 1930. Ses périodes les plus remarquables sont celle d’Elora (1926) et celle d’Alton (1929). Ces œuvres sont réputées pour l’impression d’immobilité qu’elles dégagent, pour leur sens du détail et pour leur composition où l’absence de personnages est compensée par la présence d’éléments humanisants tels des chaises berçantes. En 1945, Casson entre dans une période d’abstraction, suivant les préceptes d’un autre membre du Groupe, Lawren Harris, qui privilégie la simplification et l’élimination du superflu dans l’art. Dans les années 1950, il se tourne vers les paysages dramatiques et explore d’autres médiums. 

Casson
Magnetewan River Near Canal (huile sur panneau)
© Collection de la Tom Thomson Memorial Art Gallery, Owen Sound (Ontario); don de l'artiste, 1977

Tout en acceptant les critiques constructives du Groupe, Casson crée son propre style et se fait connaître auprès d’organisations et de sociétés artistiques, ainsi qu’à titre d’artiste commercial. En 1957, après avoir conçu deux timbres pour Postes Canada, il abandonne ses activités commerciales pour se consacrer à son art. Pendant les 35 années suivantes, il reçoit de nombreuses médailles et récompenses de divers gouvernements et d’organisations vouées aux arts. Trois universités lui remettent des diplômes honorifiques et on donne son nom à un lac et à un canton.

A.J. Casson continue de peindre jusque tard dans sa vie, tout en racontant l’histoire du Groupe des sept. Dernier membre vivant du Groupe des sept, il meurt à Toronto le 19 février 1992. Il est enterré auprès d’autres membres du Groupe des sept, dont la fondation a été désignée événement d’importance historique nationale en 1974.

Pour en savoir davantage sur le Groupe des sept, consultez Le Canada s'offre à la vue du monde et Lawren S. Harris et ses paysages originaux dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :