Cette semaine en histoire

Archives

Un arpenteur britannique au Canada

Cette histoire est parue à l'origine en 2003

Le 23 mars 1764, le roi George III d’Angleterre enjoint à Samuel Holland d’arpenter le territoire de l’Amérique du Nord britannique qu’il vient d’acquérir. Œuvrant comme arpenteur et cartographe le long de la côte est du Canada, Holland réalise un travail dont la précision et l’ampleur lui valent une place dans l’histoire des sciences et de la technologie canadiennes.

Samuel Holland
© Gracieuseté du Public Archives and Records Office de l'Île-du-Prince-Édouard, 2320/6-4.

Excellent ingénieur, Samuel Holland est également doué pour la cartographie. Né en Hollande, son ambition le pousse à déménager en Angleterre en 1754 et à s’engager dans l’armée. Au moment de la signature du traité de Paris (1763), lorsque la France cède à la Grande-Bretagne la plus grande partie de ses possessions sur le territoire de l’actuel Canada, Holland propose d’arpenter le nouveau territoire pour stimuler la colonisation et la pêche. Le capitaine Holland est nommé arpenteur général de la province de Québec et de la partie nord de l'Amérique du Nord britannique.

La principale tâche de Holland consiste à faire des levés à l’île Saint-Jean (aujourd’hui l’Île-du-Prince-Édouard), aux îles de la Madeleine et au cap Breton - des régions importantes à cause de leurs pêches. Muni du matériel et des vivres nécessaires à son équipe de 40 hommes, Holland arrive en Amérique du Nord en octobre 1764. Le froid intense retarde les travaux jusqu’en février 1765, mais entre-temps les hommes terminent des cartes du Québec. Holland finit son travail à l’île Saint-Jean moins de deux ans après son arrivée. Dans ses rapports, il mentionne le potentiel agricole de l’île, ses meilleurs ports et les endroits qui se prêtent le mieux à l'aménagement d'agglomérations importantes. Ces rapports suscitent une « fièvre de spéculation foncière » chez les Britanniques - nobles, officiers et fonctionnaires - et les lots arpentés sont vite distribués.

Carte de l'Île-du-Prince-Édouard avec les ports et les paroisses proposés par Samuel Holland (1765)
© Bibliothèque et Archives Canada / NMC 23350

Holland crée de nouvelles normes de précision en matière de mesures agraires et de cartographie. Il emploie du matériel innovateur conçu en Angleterre, dont l’horloge et la lunette astronomiques, lequel lui permet de noter ses mesures avec une exactitude remarquable. Membre du Conseil législatif du Québec pendant quelque temps, Holland est consulté sur divers sujets comme les routes et les travaux publics. Avant que la guerre de l’Indépendance américaine ne vienne arracher aux Britanniques une partie de leurs possessions en 1783, Holland arpente la côte atlantique jusqu’à New York. Il poursuit son travail en territoire britannique jusqu’à sa mort, en 1801.

 

Samuel Johannes Holland a réalisé les premiers levés scientifiques terrestres et hydrologiques sur le territoire de l’actuel Canada. Tout comme le capitaine James Cook, qui a lui aussi arpenté la côte est, Holland a fortement contribué au développement de l’arpentage et de la cartographie au Canada. Tous deux sont désignés personnes d’importance historique nationale.

Pour en savoir plus long sur la colonisation de l’Île-du-Prince-Édouard, voir : « Les humbles sous la protection des grands ».

Date de modification :