Cette semaine en histoire

Archives

« La porte du Yukon »

Cette histoire est parue à l'origine en 2002

Le 20 février 1899, le White Pass and Yukon Route Railway atteint le sommet du col White, à la frontière de l'Alaska et de la Colombie-Britannique. Malgré la distance le séparant encore de sa destination, soit Whitehorse, au Yukon, le chemin de fer deviendra bientôt « la porte du Yukon ».

Le premier train de passagers en route vers le sommet du col White, le 20 février, 1899

Le premier train de passagers en route vers
le sommet du col White, le 20 février 1899

© MSCUA / University of Washington Libraries / Hegg 661

Avant 1896, la construction d'une voie ferrée entre la côte de l'Alaska et le Yukon n'est pas jugée rentable, la région étant éloignée et peu peuplée. Cependant, après que Keish (« Skookum Jim ») et ses compagnons eurent découvert de l'or dans le ruisseau Bonanza, le Yukon connaît une véritable explosion démographique. Les prospecteurs venus des quatre coins du globe dans l'espoir d'obtenir une concession apprennent bien vite que les routes terrestres menant aux champs aurifères du Klondike, qui passent par les cols Chilkoot et White, sont longues, escarpées et dangereuses.

Beaucoup sont sceptiques à l'idée de construire une voie ferrée en pareil terrain. Toutefois, l'entrepreneur Michael Heney est convaincu qu'il est possible de relier Skagway, en Alaska, et Whitehorse, au Yukon, en passant par le col White. À partir de Whitehorse, les prospecteurs pourraient ensuite descendre le fleuve Yukon jusqu'aux champs aurifères du Klondike. Heney obtient des appuis financiers et constate que de nombreux prospecteurs ne demandaient pas mieux que de travailler au chemin de fer afin de gagner l'argent nécessaire pour se rendre au Klondike.

La construction commence en 1898. Au début, la ligne avance rapidement, mais des problèmes surgissent bientôt. Apprenant que de l'or avait été découvert tout près, à Atlin, en Colombie-Britannique, plus de la moitié des employés du chemin de fer quittent leur travail. Pendant les mois d'hiver, le froid intense limite les hommes à des périodes de travail d'une heure. Le travail est dangereux et épuisant: pour atteindre le sommet du col, à 889 mètres, les équipes doivent creuser des trous à la main dans la falaise et les bourrer d'explosifs. Sur les quelque 35 000 hommes qui ont travaillé à la construction de la voie ferrée, 35 sont morts.

Le logo du White Pass and Yukon Route Railway

Le logo du White Pass and Yukon Route Railway
© Fourni par la Tri-White Corporation

En dépit des nombreux obstacles, le chemin de fer est achevé le 29 juillet 1900. La ruée vers l'or n'est plus aussi frénétique, mais les 177 kilomètres de voie ferrée permettent l'émergence d'une industrie minière florissante fondée sur l'exploitation du zinc, du plomb et du cuivre. Whitehorse, le terminus de la voie ferrée, devient le centre administratif et commercial du Yukon. Le chemin de fer a cessé ses opérations en 1982, en raison de la baisse des prix mondiaux des métaux de base, mais une partie de la ligne a depuis été rouverte comme attraction touristique.

Le chemin de fer White Pass and Yukon a été désigné un événement d'importance historique nationale. En 1994, il a été désigné jalon historique du génie civil à l'échelle internationale. James «Skookum» Jim Mason (Kèsh), sa Concession de la Découverte (concession no 37903) et le lieu historique national du Canada de la Piste-Chilkoot ont aussi été commémorés.

Pour connaître les photographes qui ont immortalisé les gens et les endroits associés à la ruée vers l'or du Klondike, visiter le site La ruée vers l'or vue par les photographes du Yukon.

Date de modification :