Cette semaine en histoire

Archives

Les Infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada

Cette histoire est parue à l'origine en 2001

Le 1er février 1897, Lady Ishbel Aberdeen et le Conseil national des femmes du Canada (CNFC) révèlent à la presse leur intention de fonder les « Auxiliaires familiales de l'Ordre de Victoria » pour souligner le jubilé de diamant de la reine Victoria. Cette organisation va jouer un rôle important dans le réseau de la santé au Canada au siècle suivant.

Lady Ishbel Aberdeen et le Conseil national des femmes du Canada

Lady Ishbel Aberdeen et le
Conseil national des femmes du Canada

© Bibliothèque et Archives Canada / PA-28034

À la fin du 19e siècle, les Canadiens sont préoccupés par la santé des mères, notamment lorsque celles-ci vivent dans des régions isolées ou sont trop pauvres pour faire appel à des médecins, à des infirmières ou à des sages-femmes lorsqu'elles accouchent. Touchés par ce problème, le CNFC et Lady Aberdeen décident de mettre sur pied un groupe d'auxiliaires familiales qui iraient « de maison en maison faire oeuvre de compassion et de bonté ». Cette idée aboutit à la création des Infirmières de l'Ordre de Victoria après que les autorités infirmières aient fait valoir le fait que de donner des soins est une activité professionnelle réservée à des êtres d'exception possédant une formation adéquate.

Épouse du gouverneur général, Lady Aberdeen obtient rapidement des appuis politiques. Ironiquement, ce sont les médecins qui s'opposent au projet - l'Ontario Medical Society affirme même qu'un ordre d'infirmières visiteuses serait dangereux pour la santé publique! Cette critique dérive à la fois des préjugés entretenus contre les femmes dans le secteur de la santé et d'une crainte de la concurrence. Seule l'intervention du Dr Alfred Worchester, professeur d'hygiène à l'université Harvard, parvient à calmer l'opposition, ce qui permet à l'ordre d'aller de l'avant.

Dès ses débuts, l'ordre applique des normes strictes dans le but de former des infirmières d'une grande compétence. Jusqu'en 1920, le cours de formation de six mois de l'ordre est le premier et le seul cours offert au Canada sur l'hygiène publique et les soins infirmiers à domicile!

Pour soigner les colons établis dans des régions isolées, l'ordre établit des « pavillons hospitaliers » dispensant une gamme complète de services, de l'obstétrique à la dentisterie. Dans les villes, les pavillons fournissent des soins de santé à ceux qui sont trop pauvres pour se payer un médecin. Bien ancré dans la communauté, l'ordre comprend les besoins de ses patients et trouve des moyens innovateurs pour y répondre. Ainsi, constatant que le lait non pasteurisé rend les enfants malades, l'ordre établit des dépôts de lait, qui deviennent des cliniques pour « enfants bien portants » où l'on examine les mères et leurs bébés, en plus de donner des injections de rappel et des leçons de médecine préventive.

Bureau principal des Infirmières de<br>l'Ordre de Victoria 5, rue Blackburn, Ottawa

Ancien Bureau principal des Infirmières de
l'Ordre de Victoria
5, rue Blackburn, Ottawa

© Aimablement communiqué par VON Canada

Depuis l'avènement de l'État-providence, le gouvernement prend en charge les soins de santé préconisés et établis par des organisations comme les Infirmières de l'Ordre de Victoria. Ironie du sort, ce succès engendre un changement des services offerts par l'ordre. Maintenant, l'organisation s'attaque à un autre besoin criant en santé : des programmes et des soins à domicile de qualité pour les aînés.

En raison de leur rôle continu dans la promotion et l'amélioration des programmes de santé au Canada, les Infirmières de l'Ordre de Victoria ont été désignées en tant qu'organisation d'importance historique nationale en 1997.

Date de modification :