Cette semaine en histoire

Archives

Catastrophe à Halifax

Cette histoire est parue à l'origine en 2001

Au matin du 6 décembre 1917, dans le port d'Halifax en Nouvelle-Écosse, se produisait la plus grosse explosion d'origine humaine à survenir avant l'invention de la bombe atomique.

Le Imo sur le rivage de Dartmouth

Le Imo sur le rivage de Dartmouth
© Musée maritime de l'Atlantique, Halifax
(Nouvelle-Écosse), Canada / MP207.1.184/270a

Pendant la Première Guerre mondiale, le port d'Halifax était un lieu important de ravitaillement destiné à l'Europe. Dans le port, le cargo français Mont Blanc, chargé de 2 652 tonnes de produits explosifs, rejoignait son escorte. Engagé par erreur sur la même voie, le bateau norvégien Imo heurta le Mont Blanc. Lors de la collision, les barils de benzène du navire français s'enflammèrent. Conscient du danger, l'équipage abandonna la bombe flottante qui dériva du côté d'Halifax.

Vingt minutes plus tard, à 9h 05, le Mont Blanc explosait. La détonation fut si forte qu'elle résonna jusqu'à l'Île du Cap-Breton. On retrouva même une partie de l'ancre du Mont-Blanc, pesant 1 140 livres, à plus de quatre kilomètres du lieu de la collision. Plus de 1 600 personnes furent tuées, dont de nombreux curieux venus assister à l'incendie. Des bateaux furent coulés et des marins périrent sous l'immense vague provoquée par l'explosion. La conflagration dévasta deux kilomètres carrés du secteur nord d'Halifax et une partie de Dartmouth, située sur la rive opposée. L'imposante colline de la Citadelle d'Halifax protégea en partie le secteur sud de la ville où les dommages furent plus limités. Ailleurs, des maisons, des écoles, des usines furent incendiées et soufflées comme des allumettes. Des toits furent arrachés et les fenêtres se fracassèrent, blessant plus de 9 000 personnes. Dans l'église anglicane St. Paul, des morceaux d'un cadre de fenêtre projetés dans un mur opposé témoignent encore aujourd'hui de la force de l'explosion.

Dommages causés par l'explosion d'Halifax

Dommages causés par l'explosion d'Halifax
© Bibliothèque et Archives Canada / C-001833

Militaires, volontaires et habitants des villes voisines vinrent au secours des victimes. Grâce à la Commission de secours d'Halifax mise sur pied le jour même et à l'assistance de plusieurs pays, Halifax fut vite reconstruite. Le projet de relocalisation du district Hydrostone permit d'offrir rapidement aux sinistrés un toit décent à un prix abordable. Ce quartier résidentiel, construit entre 1918 et 1920, est un bel exemple de grande planification urbaine et représente le premier ensemble de logements publics financé par le gouvernement canadien. Bâties en blocs de béton dans le style des banlieues-jardins à l'anglaise, les maisons se démarquaient par leur modernisme et leur confort. Malgré les différents modèles d'habitations, une grande unité se dégage de l'ensemble du quartier en raison de l'emploi de matériaux communs et de formes standardisées.

L'arrondissement Hydrostone d'Halifax, la Citadelle d'Halifax et l'église anglicane St. Paul ont été désignés lieux historiques nationaux du Canada.

Pour plus d'information sur la Grande Explosion d'Halifax, consulter les Archives nationales du Canada ou le Musée maritime de l'Atlantique (en anglais seulement).

Date de modification :