Cette semaine en histoire

Archives

Les corsaires de Liverpool

Semaine du lundi le 1er novembre 2004

Le 6 novembre 1799, le corsaire Duke of Kent de Liverpool (Nouvelle-Écosse) reçoit sa lettre de marque. Il peut dès lors, comme tous les corsaires de Liverpool, jouer un rôle commercial et défensif en toute légalité.

Steam Packet, de Holyhead à Howth / PU 6660 
© Le Musée maritime national, Londres www.nmm.ac.uk

Plusieurs personnes confondent corsaires et pirates. Il existe pourtant une distinction importante entre les deux. Contrairement aux pirates, les corsaires possèdent une lettre de marque qui légalisent leurs activités et sans laquelle ils risquent d'être considérés comme des pirates et d'être pendus. Si le métier de corsaire semble enchanteur et aventureux à première vue, les conditions de travail sont toutefois souvent difficiles et dangereuses. Les corsaires pratiquent la course, une tactique navale qui consiste à poursuivre, à capturer et à piller un navire marchand ennemi dans l'espoir de partager les prises. Si cette tactique existe depuis la nuit des temps, elle n'apparaît à Liverpool qu'au 18e siècle.

Lorsque la révolution américaine éclate en 1776, des corsaires américains infestent les eaux de la Nouvelle-Écosse. En réponse à cette menace, le Parlement de Londres octroie l'année suivante des lettres de marque aux marchands néo-écossais qui désirent s'engager à leurs propres frais dans cette guerre opposant la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Angleterre. Une fois ce document officiel obtenu, les corsaires sont en mesure de recruter un équipage et de convertir leur navire marchand en navire de guerre. Ils peuvent alors prendre le large et se mettre à la recherche de proies. Quand ils capturent un navire, la Cour de la vice-amirauté, à Halifax, juge s'il a été saisi légalement. Le cas échéant, le navire ennemi et sa cargaison sont vendus aux enchères publiques. Cependant, les profits ne vont pas entièrement aux corsaires, car ceux-ci doivent payer les frais de la cour, du gouverneur et de la couronne ainsi que les dépenses associées à l'entreposage, à l'encan et aux droits de quai.

Le Antilope Packet qui bat le Atalante, un navire corsaire français dans les Antilles / PU 5481
© Le musée maritime national, Londres www.nmm.ac.uk

Bref, les corsaires de Liverpool protègent leur commerce avec les Antilles et harcèlent les navigateurs près des côtes américaines, de l'Amérique espagnole ainsi que dans les Caraïbes et ce, pendant les révolutions américaine et française et les guerres napoléoniennes. Du même coup, ils combattent les ennemis de la Grande-Bretagne. Le Liverpool Packet est sans doute le navire corsaire qui a connu le plus de succès pendant la guerre de 1812. En l'espace de neuf mois, il a capturé plus de 100 navires américains sur la côte de la Nouvelle-Angleterre. En 1815, la guerre de corsaires est abolie avec le Traité de Gand, mais cette pratique ne cesse définitivement qu'en 1856.

En 1933, les corsaires de Liverpool ont été désignés à titre d'événement d'importance historique nationale.

Date de modification :