Cette semaine en histoire

Archives

Des Américains envahissent le Canada!

Semaine du lundi le 8 novembre 2004

Le 13 novembre 1775, les troupes américaines du général Richard Montgomery occupent la ville de Montréal. L'invasion américaine est un événement important qui menace l'avenir du Canada.

Général Montgomery attaque Québec, le matin du 31 décembre 1775
© Bibliothèque et Archives Canada / C-006046

En avril 1775, les colons de la Nouvelle-Angleterre se rebellent contre les troupes britanniques, ce qui annonce le déclenchement de la Révolution américaine. Peu à peu, les 13 colonies américaines s'inquiètent de la possibilité d'une attaque des Britanniques basés au Canada, mais décident ne pas agir. Lorsque les colonies apprennent que les défenses britanniques sont faibles et que les Canadiens et les Autochtones resteraient probablement neutres en cas d'une attaque américaine, ils changent toutefois leur politique. En juin, ils ordonnent l'organisation de deux expéditions, l'une sous Benedict Arnold et l'autre sous Ethan Allen, afin de s'emparer des forts frontaliers britanniques de Ticonderoga et de Crown Point, dans l'État de New York. Arnold et Allen réalisent ces objectifs sans trop de difficulté. L'armée révolutionnaire se dirige ensuite vers la nouvelle colonie britannique, connue aujourd'hui sous le nom de province de Québec, puis attaque le fort Saint-Jean, qui renferme une quantité importante de provisions dont elle a tant besoin.

Si les Américains mènent une campagne de propagande pour inciter les Canadiens à se joindre à leur cause, le clergé catholique tente de son côté de les convaincre de demeurer fidèles à la couronne britannique et de défendre le pays contre les raids américains. Malgré tout, la plupart des Canadiens restent neutres, à l'exception des habitants de Montréal où il existe un mouvement proaméricain. Le gouverneur du Canada, sir Guy Carleton, éprouve par conséquent beaucoup de difficulté à recruter des hommes pour assurer la défense de la région.

Québec (Armée britannique arrive de la mer, mai 1776)
© Bibliothèque et Archives Canada / C-046216

À l'automne, les forces américaines, alors sous le commandement de Richard Montgomery et de Benedict Arnold, attaque Montréal. Carleton doit capituler le 12 novembre 1775. Il conduit alors ses troupes à Québec, le dernier point de résistance. Entre-temps, Arnold se met aussi en route avec ses hommes vers Québec. Montgomery le rejoint le 3 décembre et le siège de Québec débute le surlendemain. Durant la nuit du 30 décembre, les rebelles tentent de capturer la ville, mais doivent rapidement battre en retraite devant les forces britanniques, qui sont plus disciplinées et mieux ravitaillées. Après cette défaite, les Américains perdent tout espoir de convaincre les Canadiens de se joindre à leur révolution.

En 1984, le siège de Québec a été désigné un événement d'importance historique nationale et une plaque commémorative a été érigée en 1988 à Québec.

Pour en savoir davantage sur le siège de Québec, voir Les Américains attaquent! dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :