Cette semaine en histoire

Archives

Des leçons de vie

Semaine du lundi le 20 septembre 2004

Le 24 septembre 1999, le Frontier College célèbre son centenaire. En 1899, Alfred Fitzpatrick créait la Canadian Reading Association, officiellement rebaptisée Frontier College en 1919. L'organisme qui concrétise la vision de Fitzpatrick d'un milieu d'apprentissage non confessionnel destiné aux travailleurs des régions éloignées de tout le pays continue d'enrichir des segments « isolés » de la collectivité.

Frontier College : timbre du centenaire
© Postes Canada, 1999. Reproduit avec la permission.

Avant la Seconde Guerre mondiale, bûcherons, mineurs et cheminots peinent de longues heures dans les camps de travail qui font alors partie du paysage économique du Canada. Creusant les mines et prolongeant les routes et les voies ferrées du pays, ils ouvrent l'accès aux régions éloignées. Comme ils sont souvent issus de la classe ouvrière urbaine ou sont des immigrants récents, le Frontier College leur offre divers services : cours d'instruction civique et cours de langue, orientation informelle, bibliothèques et activités récréatives.

Le Frontier College mise sur l'instruction comme moyen de réforme sociale. Les étudiants universitaires qui acceptent de servir d'instituteurs ouvriers acquièrent une précieuse expérience de leadership tout en permettant aux travailleurs d'apprendre dans un endroit qui leur convient. Manœuvres le jour, les instituteurs ouvriers enseignent à leurs camarades pendant leurs temps libres. Le concept d'instituteur ouvrier doit son succès au fait que beaucoup de travailleurs ne parlent pas très bien l'anglais et se méfient des étrangers. Comme les instituteurs ouvriers et les étudiants travaillent côte à côte, ils apprennent à se faire confiance mutuellement.

Une tente de lecture dans les montagnes Rocheuses, environ 1910
© James H. Morrison, Frontier College

Fitzpatrick fait campagne pour que le Frontier College reçoive le statut d'université. Il veut combattre l'élitisme des universités en offrant aux moins nantis des programmes menant à un grade. En 1922, le Frontier College devient la première et la seule université nationale au Canada. Grâce à ses cours par correspondance, les manœuvres peuvent obtenir un diplôme tout en continuant à travailler. Malheureusement, dans les années 1930, l'opposition manifestée par d'autres universités cause des ennuis financiers au Frontier College qui doit renoncer à son statut d'université. Bien que de courte durée, l'aventure éveille les autorités à la nécessité de programmes d'études destinés aux adultes.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'évolution de la technologie fait peu à peu disparaître les camps de travail. Le Frontier College s'intéresse alors aux personnes en difficulté d'apprentissage, aux immigrants qui apprennent le français ou l'anglais comme langue seconde, aux gens de la rue et aux anciens détenus. En 1977, le Frontier College reçoit le Prix d'alphabétisation de l'UNESCO en reconnaissance des efforts qu'il déploie pour améliorer l'éducation des adultes. Le Frontier College est désigné événement d’importance historique nationale en 1998 pour sa contribution au bien-être social et à l'éducation des travailleurs manuels isolés.

Date de modification :