Cette semaine en histoire

Archives

Le lac de la Dernière-Montagne

Semaine du lundi le 7 juin 2004

Le 8 juin 1887, un décret met en réserve 1 025 hectares de terre pour créer le refuge d'oiseaux migrateurs du lac de la Dernière-Montagne, le premier refuge national du genre en Amérique du Nord. Plus de 280 espèces d'oiseaux viennent se reproduire à cet endroit qui couvre 4 750 hectares de terres humides et de prairies.

Vue des terres humides de la réserve nationale de faune du lac de la Dernière-Montagne
© Philip S. Taylor
Avec le développement de l'Ouest canadien, à la fin du 19e siècle, de nombreuses espèces d'oiseaux chassées à outrance ou privées de leurs aires de reproduction sont en voie de disparition. En 1887, on demande instamment au gouvernement canadien de protéger la région du lac de la Dernière-Montagne et d'éviter le développement des îles et des berges du lac où vivent d'importantes populations d'oiseaux nicheurs et migrateurs. Pour préserver cet habitat faunique inestimable, le gouvernement met en réserve une partie de la région et en fait un refuge. Les premières années, celui-ci est laissé inoccupé et sans surveillance. Le gouvernement n'intervient pas jusqu'à ce que la présence de colons ayant reçu des concessions de terres dans le refuge n'en menace l'intégrité. Un deuxième décret assure la mise en réserve de 2 500 hectares qui seront soustraits à la vente et à la colonisation pour servir d'aire de reproduction à la sauvagine. À partir de 1913, des inspecteurs visitent périodiquement le refuge.

Le cormoran à aigrettes et le pélican d'Amérique, deux des nombreuses espèces d'oiseaux qui visitent le refuge d'oiseaux migrateurs du lac de la Dernière-Montagne
© G. Beyersbergen
En 1917, la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs est adoptée et le refuge du lac de la Dernière-Montagne est assujetti à ses dispositions. Le refuge est agrandi en 1921 et rebaptisé Refuge d’oiseaux migrateurs du lac de la Dernière-Montagne. Des gardes-chasses en assurent désormais la protection. En 1966, le gouvernement fédéral acquiert 14 620 acres de terres agricoles autour du refuge et crée un secteur de protection de la faune. Le refuge d'oiseaux migrateurs préserve l'habitat naturel et l'aire de nidification d'innombrables oiseaux migrateurs du monde entier, et il a empêché ainsi l'extinction de nombreuses espèces.

Le Canada compte aujourd'hui 95 refuges d'oiseaux migrateurs et 45 réserves nationales de faune. Plus de 80% des espèces de sauvagine et d'oiseaux de rivage de l'Amérique du Nord font un arrêt à ces endroits pendant leur migration. Le refuge d’oiseaux migrateurs du lac de la Dernière-Montagne sert d'habitat à neuf des 36 espèces d'oiseaux menacées du Canada. Sans ces aires de reproduction et de nidification, beaucoup plus d'espèces sauvagines auraient disparu. Le refuge d’oiseaux migrateurs du lac de la Dernière-Montagne a été désigné « zone humide d'importance internationale », comme plus de 700 autres endroits dans le monde. Premier refuge d'oiseaux migrateurs en Amérique du Nord, il a été désigné lieu historique national en 1987.

Date de modification :