Cette semaine en histoire

Archives

Le premier intendant de la Nouvelle-France

Semaine du lundi le 5 avril 2004

Le 5 avril 1669, Jean Talon, premier intendant de la Nouvelle-France, fait adopter une ordonnance qui octroie des primes aux pères de famille nombreuse. Grâce à son ambition et à son dynamisme, Talon joue un rôle essentiel pour l'essor de la colonie.

Originaire de Châlons-sur-Marne, en Champagne, Jean Talon est baptisé le 8 janvier 1626. Il fait ses études au collège Clermont à Paris et, par la suite, il occupe plusieurs postes dans l'administration militaire. En 1665, Louis XIV et son ministre Jean-Baptiste Colbert désignent Jean Talon, un jeune homme digne d’estime, pour qu'il devienne intendant au Canada. Ce poste avait été crée durant les années 1630 par le cardinal de Richelieu, chef du Conseil du roi Louis XIII, afin d'imposer l'autorité royale en Nouvelle-France. Talon devient ainsi responsable de toute l'administration civile de la colonie.

Jean Talon visitant les colons
© Bibliothèque et Archives Canada / C-011925

Dès son arrivée à Québec, il manifeste la volonté de faire progresser la colonie malgré les menaces iroquoises. Pour ce faire, il met en place une série de mesures pour assurer la défense du territoire, favoriser le peuplement, puis diversifier l'économie. En 1665, des troupes françaises débarquent à Québec et des forts sont construits pour protéger les frontières. Talon fournit les militaires en vivres, en armes et en bateaux. En 1667, l'Iroquoisie se soumet. Pour assurer la croissance démographique de la Nouvelle-France, il incite les soldats à s'y établir et les colons à immigrer pour cultiver la terre. Avec la collaboration de Colbert, il fait également venir les « filles du roi » afin de fonder des foyers. Grâce à des politiques incitatives, les mariages et les naissances augmentent de façon importante.

Réception donnée par Mgr de Laval pour le marquis de Tracy et l'intendant Talon, 1665
© Bibliothèque et Archives Canada / C-010621

Par ailleurs, Talon s'efforce de rendre la colonie autosuffisante par la culture de la terre, puis cherche à augmenter et à diversifier la production agricole. Il exploite les ressources naturelles les plus riches : le bois et le poisson. De nombreux efforts sont déployés pour le développement de l'agriculture, des produits forestiers et de la pêche afin de créer un commerce avec la France et surtout les Antilles. Malheureusement, lorsqu'il rentre en France en 1668, la plupart de ces fragiles industries disparaissent. À son retour en 1670, Talon a comme objectif d'explorer des régions inoccupées par les Européens, de développer davantage la colonie du Saint-Laurent, de renforcer les alliances commerciales, de défendre le territoire français contre la présence anglaise sur le continent et d'exploiter les mines. La Nouvelle-France a un avenir prometteur lorsqu'il la quitte en 1672. Par contre, ses projets n'ont pas de suite en raison du manque de main-d'œuvre spécialisée et d’appui de la métropole. Épuisé, il décède en 1694 dans son village natal.

En 1974, Jean Talon a été désigné personne d'importance historique nationale.

Pour en savoir davantage sur le peuplement de la Nouvelle-France, consultez Filles du roi dans les archives de Cette semaine en histoire

Date de modification :